L'empire des séries. "Le Bureau des légendes", session de rattrapage avant la saison 5

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Pour le "New York Times", "Le Bureau des légendes" est la troisième meilleure série internationale de la décennie devant "Gomorra". Avant la cinquième saison diffusée à partir du 6 avril, Canal + Séries offre gratuitement jusqu'à mardi 31 mars, en marathon, les quatre premières saisons de cette série, créée par Éric Rochant.

Des séries d’espionnages à regarder pendant le confinement avec des agents retournés, bipolaires ou infiltrés sur des terrains ultra-dangereux, ce n’est pas ce qui manque.

Il y a la série américaine Homeland, La série israélienne Fauda, toutes deux disponibles sur Netflix. Et Le Bureau des légendes classée par le quotidien américain le New York Times parmi les 30 meilleures internationales de la décennie. Ce qui n’est pas pour déplaire à son réalisateur Éric Rochant : "Ce que j’ai compris, c’est que le ton de la série, et son réalisme, sont quelque chose qui tranche beaucoup avec ce qui se fait. Avec du recul, je crois que ce qui fait aujourd’hui la vraie singularité de cette série, c’est l’écriture dans le sens du réalisme. C'est-à-dire qu'en fait on ne décrit pas un monde fantasmé, on décrit le monde dans lequel on vit – en tous cas, on arrive à le faire croire".

On ne décrit pas un monde fantasmé, on décrit le monde dans lequel on vit.

Éric Rochant, créateur du 'Bureau des légendes'

franceinfo

Le Bureau des légendes décrit avec une précision digne des films politiques américains des années 70 les dessous d’une unité particulière de la DGSE : des agents secrets envoyés à l’autre bout du monde pour infiltrer une organisation sous une fausse identité, la fameuse "légende".

Mathieu Kassovitz incarne depuis 5 saisons l’impassible et brillant Guillaume Debailly,  ballotté de la Syrie de Daech à la Russie. C’est le scénario qui lui a plu.  "Le scénario, le sujet, l’implication d’Éric Rochant dans ce qu’il aime, c'est-à-dire ce milieu-là, les services de renseignement. C’était tellement précis, passionnant à lire, souligne Mathieu Kassovitz, c’est un sujet fort sur lequel on peut se dire qu’il y a possibilité de faire plusieurs saisons et de pouvoir faire évoluer les personnages et les histoires."

Éric Rochant veut que ce soit tellement crédible

Mathieu Amalric, JJA à partir de la saison 4

franceinfo

Outre les scènes d’action, le suspense, le Bureau des légendes regorge de description d’outils technologiques qui font penser à James Bond. Quant au réalisme, il est guetté sur le tournage par Éric Rochant. Comme l’explique Mathieu Amalric : "Sur chaque scène, Éric Rochant détecte si on joue trop, si on croit qu’on est dans un film de Sergio Leone, si on est dans le cliché. Il ne veut pas de tout cela. Il veut que ce soit tellement crédible."

Éric Rochant passe le flambeau au cours de la prochaine saison 5 qui sera diffusée à partir du 6 avril sur Canal +. Jacques Audiard a réalisé les deux derniers épisodes de la saison. La saison 1 est disponible gratuitement jusque mardi sur le site myCANAL et les quatre saisons sont diffusées en format marathon jusqu'au mardi 31 mars tous les jours à partir de 15h sur Canal + Séries. C'est gratuit.   

Vous êtes à nouveau en ligne