"Hellfest from home" : avec une 15e édition virtuelle, le festival métallo-punk débarque "à la maison" pour que ses fans ne l'oublient pas

Andreas Kisser, le guitariste de Sepultura au Hellfest, en 2014. Le concert du groupe brésilien sera rediffusé dans le cadre du \"Hellfest from home\".
Andreas Kisser, le guitariste de Sepultura au Hellfest, en 2014. Le concert du groupe brésilien sera rediffusé dans le cadre du "Hellfest from home". (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)

Un concert de trois groupes nantais sera diffusé en direct depuis les studios du festival à Clisson jeudi 18 juin et 45 performances des éditions précédentes seront en accès libre jusqu'à dimanche.

La très attendue 15e édition du Hellfest à Clisson devait débuter jeudi 18 juin. Evidemment, le Covid-19 aura eu raison du festival, l'un des plus gros en France, annulé par ses organisateurs il y a plusieurs semaines. Mais pour combler, un peu, le manque, une édition virtuelle se déroule jusqu'au dimanche 21, avec plusieurs concerts à redécouvrir, sur le site Internet du festival et sur Arte Concert. Car depuis son annulation, le Hellfest ne s'est pas endormi.

Les plaines du Hellfest resteront désespérément vertes cette année. Adieu les gros riffs de guitare, les voix puissantes et la marée humaine de 180 000 festivaliers. Comme We Love Green, le Main Square ou le géant Tomorrowland, le Hellfest se tiendra donc en ligne. "Hellfest From Home", avec, dès ce jeudi soir, un documentaire inédit et un concert en direct depuis les studios du festival à Clisson. Trois groupes nantais sont à l'affiche : Regarde Les Hommes Tomber, Stinky et Ultra Vomit.

Les festivaliers récoltent 195 000 euros pour le CHU de Nantes

En attendant de revoir les groupes sur les six scènes l'année prochaine, en attendant aussi de régler les négociations sur l'assurance, le Hellfest, qui s'est fait connaître par sa programmation métal, proposera jusqu'à dimanche 45 concerts des éditions passées. Au programme notamment : les groupes Faith No More, Lynyrd Skynyrd, Sepultura ou Prophets Of Rage.


Le but des organisateurs, alors que le monde de la culture traverse une grave crise économique, est tout simplement de continuer à exister, pour un festival qui a noué en 15 ans une relation forte avec des festivaliers solidaires. Grâce à eux, 195 000 euros ont été récoltés en faveur du CHU de Nantes. L'opération avait été lancée dès l'annulation en avril dernier. 

Vous êtes à nouveau en ligne