"Habituellement, on prend six mois pour développer des tests, là on a mis dix jours" : la course des labos pour dépister le coronavirus

Près de 100 000 tests sortent quotidiennement de ce laboratoire et dont vendus en France et dans une dizaine de pays européens.
Près de 100 000 tests sortent quotidiennement de ce laboratoire et dont vendus en France et dans une dizaine de pays européens. (JÉRÔME JADOT / RADIO FRANCE)

Faudra-t-il être testé pour être déconfiné ? C’est une des pistes évoquées par le Premier ministre, dans la perspective d’une levée progressive du confinement.Alors dans les laboratoires qui fabriquent les tests de dépistage, on s’active.

Eurobio Scientific est un des leaders français du diagnostic in vitro. Leur principal site de production est situé aux Ulis, dans l'Essonne. Et depuis plusieurs jours - et notamment depuis les annonces du Premier ministre sur le déconfinement - c'est une vraie fourmilière.

En blouse blanche, derrière des masques, une dizaine de salariés s'active pour préparer des colis à la chaîne. Chaque jour, plusieurs milliers de tests de dépistage du Covid-19 sont expédiés depuis cette usine. "Oui c'est un rythme soutenu, on est à flux tendus pour servir tout le monde", explique Cathy Marsais, cadre administrative, tout en déposant les kits dans les cartons. Et tout le monde s'y met : un commercial et un ingénieur sont aussi de corvée de préparation des paquets pour pallier le personnel malade ou en garde d’enfant et faire face aux commandes.

>> Coronavirus : confinement, recherche, bilans... Retrouvez dans notre direct les dernières informations sur la pandémie de coronavirus

100 000 tests par jour

Jusqu’à la semaine dernière, tous les tests commercialisés par cette société venaient de Corée du Sud. Désormais, ils sont également produits sur place. "Habituellement, pour le développement d'un kit, on part sur six mois de développement en moyenne, mais là on a dû répondre à l'urgence en une dizaine de jours...", raconte Yoann Rodolphe, ingénieur en biologie moléculaire.

Un des laboratoires où sont élaborés les réactifs du test de dépistage.
Un des laboratoires où sont élaborés les réactifs du test de dépistage. (JÉRÔME JADOT / RADIO FRANCE)

La fabrication se déroule dans deux petites salles aux parois vitrées : "Ici, vous avez le laboratoire où l'on va préparer et faire la chimie", décrit Denis Fortier, le directeur général, en passant devant les six préparateurs de substances. Elles permettront de dépister le virus dans un prélèvement nasal. "Dans chaque micro-tube, vous avez les réactifs chimiques, qui permettent de copier la carte d'identité de l'agent pathogène - le coronavirus - afin qu'il soit détectable", décrit le chef d'entreprise.

Les kits de dépistage vendus aux laboratoires d'analyse comprennent 8 petits tubes dans une boîte en carton. Et la production suit un rythme d'enfer : "Ce sont des boîtes de 192 tests et chaque jour, on produit 500 boîtes", décrit Stéphane Monteilhet, chef de production, ce qui représente près de 100 000 tests produits quotidiennement, vendus en France et dans une dizaine de pays européens.

Les kits de dépistage vendus aux laboratoires d\'analyse comprennent 8 petits tubes dans une boîte en carton.
Les kits de dépistage vendus aux laboratoires d'analyse comprennent 8 petits tubes dans une boîte en carton. (JÉRÔME JADOT / RADIO FRANCE)

Des tests sanguins aussi en développement

Dans la perspective du déconfinement, d’autres types de tests devraient également bientôt être commercialisés par Eurobio Scientific : des tests sérologiques sanguins permettant de détecter la présence d’anti-corps, autrement dit savoir si l’on est immunisé et si l’on peut sortir sans risque. "C'est un peu comme un test de grossesse", explique Denis Fortier. "C'est un test rapide à partir d'une piqûre au bout du doigt, on prélève une goutte de sang et en quinze minutes, vous avez un résultat". C'est également ainsi que les personnes diabétiques calculent leur glycémie.

Ce qui semble certain en tout cas, c'est que la période sera positive pour les comptes de cette entreprise. Même si ses autres activités sont à l’arrêt, avec un tiers des salariés en chômage partiel, la direction s’attend à une hausse du chiffre d’affaire grâce aux ventes de tests Covid-19.

Vous êtes à nouveau en ligne