Frédéric Saldmann : "Ce qui rend aussi en bonne santé, c’est d’être heureux"

Tous les jours, une personnalité s'invite dans le monde d'Élodie Suigo. Aujourd'hui, l’invité est Frédéric Saldmann, médecin, cardiologue, nutritionniste pour son nouvel ouvrage "On n’est jamais mieux soigné que par soi-même" aux éditions Plon.

Après avoir vendu un de ses précédents ouvrages à plus de 560 000 exemplaires (Le meilleur médicament c’est vous ! paru en 2013 aux éditions Albin Michel), Frédéric Saldmann récidive avec On n’est jamais mieux soigné que par soi-même, un adage qui s’il se réalisait le mettrait au chômage. C’est avec humour qu’il confie cet secret espoir à Elodie Suigo : "En fait mon rêve, c’est d’avoir une salle d’attente vide avec absolument personne".

Pour moi la médecine c’est surtout apprendre à être en bonne santé tout le temps et le plus longtemps possible (…) Il faut qu’on devienne entrepreneur de sa santé.

Frédéric Saldmann

à franceinfo

Frédéric Saldmann est un passionné et sa vocation se révèle très tôt : "Dès l’âge de 6 ans, je voulais être médecin" et il mesure sa chance d’avoir réussi : "Pour moi c’est une joie de travailler. Quand on peut trouver sa passion et la réaliser, c’est la plus belle des choses au monde et c’est ce que devrait faire l’école". D’ailleurs, il quitte le système éducatif pour passer le baccalauréat en candidat libre à 16 ans. "Comme je m’ennuyais énormément à l’école parce que je trouvais qu’on passait une journée pour faire ce qui se résumerait en 3 minutes. Forcément je créais de l’ambiance dans la classe". D’abord cardiologue, il se tourne vers la nutrition après avoir observé que "les gens faisaient leurs infarctus dans leur assiette. En mangeant mal, on bouche ses artères."

"Perdre du poids pour se sentir mieux"

Dans le premier chapitre de son livre, il aborde la question du poids et en particulier du surpoids. Le docteur Saldmann nous rapporte notamment ses observations lorsqu’il s’occupait des personnes atteintes du coronavirus dans son service de réanimation et à quel point leur état pouvait s’aggraver à cause de leur surcharge pondérale (80%) : "Quand on est en excès de poids, on augmente les risques de cancer, de maladies cardio-vasculaires, c’est une vraie catastrophe. Le problème c’est que 95% des gens qui veulent perdre du poids regrossissent".

La bonne nouvelle, c’est qu’il nous apprend aussi que l’on peut faire un régime en mangeant du gâteau (recettes à l’appui) car il génère l’hormone de la satiété (leptine). Une étude montre que les personnes au régime "gâteau" perdent plus de poids et se stabilisent plus que ceux ayant un régime bas en calories. Il explique aussi cela par la force du mental : "Il n’y a pas de frustration, c’est comme un dérapage contrôlé".

Le mental comme clef de la réussite 

Frédéric Saldmann affirme que "le cerveau a une puissance redoutable". Il explique au micro d’Elodie Suigo que "oui, il existe au plus profond de nous-même des moyens d’autoguérison extrêmement puissants, il suffit de les connaître pour les activer et en bénéficier".

La puissance du mental peut nous propulser à fabriquer nos propres médicaments pour guérir ou se protéger. Mais à l’inverse, il y en a qui vont secréter plein d’hormones du stress, du cortisol et aussi se bouffer de l’intérieur. La puissance du mental est capitale pour notre bonne santé.

Frédéric Saldmann

à franceinfo

Le docteur Saldmann revient sur l’expérience inédite de la pandémie et raconte avoir observé une chose durant cette longue période de confinement chez ses patients : ceux qui ont pris soin d’eux et ceux qui se sont laissés aller. Il retire de cet épisode qu’il est vraiment urgent d’avoir une vraie réflexion sur notre façon de consommer.

Je dis : passez à table si vous avez vraiment faim. Aujourd’hui en France, on ne meurt pas de faim ou de carences, on meurt de beaucoup d’excès.

Frédéric Saldmann

à franceinfo

Dans ce livre, il conseille, responsabilise le lecteur, donne des conseils, des recettes mais il demeure inquiet. Tout d’abord parce qu’il subsiste encore de nombreux cas de personnes touchées par le coronavirus dans le monde, mais pas seulement : "Le covid pour moi ça me fait penser à une répétition incendie (…) Mais surtout ce qui me préoccupe c’est le risque d’autres virus qui vont arriver (…) Tout se joue, et on l’a vu avec le Covid, sur notre immunité".

La réflexion que l’on doit adopter pour moi, c’est avant tout de penser à notre armure immunitaire qui s’effrite au fil des années et que l’on peut par contre considérablement augmenter par le mode de vie. C’est ce mode de vie qu’il va falloir apprendre maintenant et le plus vite possible.

Frédéric Saldmann

à franceinfo

Il y a donc des recettes, des trucs pour obtenir un poids raisonnable, la volonté mais aussi une dernière chose d’après lui : "Ce qui rend aussi en bonne santé, c’est d’être heureux."

Vous êtes à nouveau en ligne