Football et droits TV : "On est dans une partie de poker menteur entre la LFP et ses diffuseurs" explique Étienne Moatti, journaliste à L’Équipe

Le stade Matmut Atlantique de Bordeaux lors d\'une rencontre de Ligue 1.
Le stade Matmut Atlantique de Bordeaux lors d'une rencontre de Ligue 1. (CAMILLE HUPPENOIRE / RADIOFRANCE)

Mediapro, futur diffuseur du championnat de France de football, se dit prêt à prendre dès maintenant le relais de Canal + et beIN Sports qui ont stoppé leur paiement à la Ligue de Football Professionnel.

"On est dans une partie de poker menteur entre la LFP et ses diffuseurs" explique Étienne Moatti, journaliste à L’Équipe et invité de franceinfo mercredi 8 avril. Le reporter publie dans les colonnes du quotidien sportif - partenaire du groupe Radio France - le 9 avril l’interview de Jaume Roures, le président de Mediapro, futur diffuseur du championnat de France. Mediapro se dit prêt à prendre dès maintenant le relais de Canal + et beIN Sports, chaînes actuellement détentrices des droits, qui ont stoppé le paiement de la Ligue de Football Professionnel (LFP) après l’arrêt des compétitions de foot en raison de l’épidémie du coronavirus. Jaume Roures déclare en effet à L’Équipe que "Mediapro est prêt à diffuser la fin de la saison", et fustige le rôle joué par Nasser Al-Khelaïfi, le patron du Paris Saint-Germain et de beIN Media Group.

franceinfo : Quel est le but de cette déclaration choc de Jaume Roures qui affirme que Mediapro est en mesure de diffuser la fin de saison du championnat de France ?

Étienne Moatti : Déjà, il essaie de convaincre les clubs que dès la saison prochaine, il sera en mesure de diffuser la Ligue 1. Des doutes pouvaient subsister car, pour l’instant, on ne voit pas grand-chose venir. La chaîne Mediapro n’est pas encore créée et les accords avec les distributeurs n’ont pas été signés. En annonçant qu’il peut prendre le relais de Canal et de beIN Sports, qui ont stoppé leurs versements à la LFP, cela accrédite davantage l’idée qu’il sera prêt dès la saison prochaine.

Peut-on imaginer que Mediapro diffuse la fin de saison si elle reprenait ?

C’est plutôt une opération de communication parce que, pour le moment, les contrats qui lient Canal, beIN Sports et la LFP n’ont pas été rompus, même s’il y a une absence de versement. Une délégation de la Ligue est partie négocier avec Canal pour tenter de convaincre la chaîne cryptée. Ils le feront peut-être également avec beIN. Mais la particularité que relève Jaume Roures, le président de Mediapro, c’est qu’à la tête de cette délégation de la Ligue, on retrouve Nasser Al-Khelaïfi, le patron du PSG mais également le boss de beIN Sports au niveau mondial. Al-Khelaïfi ne verse pas l’argent qu’il doit à la LFP mais c’est lui qui va devoir négocier pour essayer de se convaincre lui-même de le verser, ce qui est assez paradoxal. On est dans une partie de poker menteur entre la LFP et ses diffuseurs. Ça paraît tout de même difficilement imaginable que Mediapro parviennent à diffuser la fin de saison en cours. Maxime Saada, le président du groupe Canal, ne laissera évidement pas Mediapro avoir ce coup d’avance. Pour l’instant, c’est encore Canal et beIN qui diffusent la L1. Il faut également savoir que Canal a récupéré auprès de beIN les droits pour les quatre prochaines années de Ligue 1. Ils seront, avec Mediapro, l’un des diffuseurs du championnat de France et ne déballeront pas le tapis rouge aussi facilement. Je pense qu’il y aura une forme d’accord qui va être trouvé entre Canal, beIN Sports et la LFP, ce qui empêchera Mediapro de se faufiler.

Pouvez-vous rappeler ce qu’est Mediapro exactement ?

La grande spécialité de Mediapro, c’est la production télévisuelle. On peut même parler de référence mondiale. C’est d’ailleurs ce groupe qui a fabriqué les chaînes de beIN Sports en France. Ils ont un vrai savoir-faire en la matière. Ils se sont également lancés sur le marché des droits, en diffusant en Espagne le championnat local, la Liga. Ils veulent s’installer en France mais leur venue est entourée d’interrogations, car c’est aujourd’hui compliqué de créer une chaîne de sport supplémentaire sur le marché français, plutôt saturé. Mais ce sont des gens sérieux, qui ont un puissant actionnaire derrière eux, un fonds d’investissement chinois. Ils ont plutôt bonne réputation. Du côté de la Ligue, on espère que les choses vont bien se passer car Mediapro a promis une hausse de 60 % des droits de retransmission de foot à la télévision par rapport au contrat actuel. Et quand on voit que les diffuseurs ne payent pas et que l’on pense à la crise que vont connaître les clubs français qui sont pour certains en cessation de paiement, c’est un enjeu considérable.

Quelle conséquence peut avoir le non-paiement des diffuseurs auprès des clubs ?

Les droits TV représentent 50 % du budget des clubs de football. Le dernier versement d’argent a été effectué le 5 février. Aujourd’hui, on est au mois d’avril et ça fait long, très long, pour les clubs. Certains ont les reins solides, d’autres, beaucoup moins. Le football français et ses clubs ont perdu 160 millions d’euros la saison dernière. Si on vous coupe pendant plusieurs mois 50 % de votre budget personnel, je vous laisse imaginer ce qu’il en est pour des clubs de football.

Vous êtes à nouveau en ligne