Fête du Travail : confinés mais mobilisés

franceinfo

Vendredi 1er mai, confinement oblige, les initiatives des syndicats et associations pour la fête du Travail se sont concentrées sur les réseaux sociaux et les balcons.

Sans cortège, mais avec des pancartes et des casseroles. À Montreuil (Seine-Saint-Denis), c’est un 1er mai confiné, mais pas muet pour les militants de gauche. Le message est d’actualité : "Ce sont les travailleurs qui paient le plus cher cette crise sanitaire, regardez le nombre de morts en Seine-Saint-Denis par rapport aux autres régions", assure Jan Malewski, militant du Nouveau parti anticapitaliste.

Le patron de la CGT dans la rue

Faire du bruit autant que possible et le faire savoir via les réseaux sociaux. La France insoumise a appelé ses militants à montrer leur force. Malgré l'interdiction de se rassembler à cause du coronavirus, Philippe Martinez a lui tenu à être présent sur la place de la Bastille, à Paris. "C’est un 1er mai comme les autres, pour faire exprimer ses revendications (...). Cette crise a mis en lumière tous les problème que nous évoquions avant", estime le secrétaire général de la CGT.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne