"Ce n'est pas comme ça qu'on motive des élèves !" : les doutes subsistent sur le maintien de l’oral du bac de français

Oraux du bac de français à Thionville, en 2019.
Oraux du bac de français à Thionville, en 2019. (PIERRE HECKLER / MAXPPP)

Le ministre de l’Éducation nationale reçoit mercredi 27 mai les syndicats enseignants et représentants lycéens avant de donner sa décision finale jeudi.

C’est la seule épreuve du bac maintenue pour l’instant, malgré la crise du coronavirus. La question de l'oral du bac de Français crispe les élèves de première, autant que leurs professeurs. "Il faut renoncer à cet oral", assure Viviane Youx, la présidente de l'association pour l'enseignement du français. Même si les conditions sanitaires sont réunies, le problème est désormais ailleurs pour cette professeure de lettres. "C'est une question d'injustice et d'inégalité ! Il y a quand même tout une partie des élèves qui n'a pas pu préparer correctement cet examen."

En plus des révisions inégales, certains élèves ont eu du mal à se motiver alors qu'ils n'avaient aucune certitude sur le maintien de l'épreuve. C'est le cas de Lilou, élève en Haute-Savoie : "On n'a pas fait d'oral blanc, on n'a pas fait d'entraînement… Je n'ai pas trop révisé, explique la lycéenne. En fait, on a retardé le moment où on se met vraiment à réviser parce qu'on ne savait pas (si l'oral était maintenu ou non)." Depuis des semaines, le ministre de l’Éducation nationale encourage pourtant les lycéens à réviser quoiqu'il arrive. "Plutôt Phèdre que Netflix", dit même Jean-Michel Blanquer.

Une pétition de 100 000 signatures

Les syndicats enseignants et représentants lycéens seront reçus ce mercredi 27 mai au ministère. Jean-Michel Blanquer donnera sa décision finale jeudi, car elle dépend également de la réouverture des lycées. Une longue attente mal vécue depuis des semaines par les professeurs et les élèves. "Nous avons vécu cela comme une situation sadique, dénonce Hélène Paumier, professeure du collectif Lettres Vives. Ils disent que ça leur permet de rester motivés, mais non ! Ce n'est pas comme ça qu'on motive des élèves et des enseignants." Une pétition a récolté près de 100 000 signatures. Selon ces enseignants, même en cas de réouverture des lycées, ce ne sont pas quelques heures de cours qui rattraperaient les inégalités de révisions.

Vous êtes à nouveau en ligne