Environnement : le coronavirus donne "l’occasion d’essayer de voyager moins en avion, mais mieux"

franceinfo

Le journaliste indépendant Sébastien Porte, auteur du "Dernier avion", est invité dans le JT du soir de franceinfo mercredi 1er juillet.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Les aides pour le secteur aérien ont été versées en échange d’un "effort pour l'environnement de l'industrie aérienne, notamment l'introduction du biokérosène, la suppression de lignes aériennes intérieures si un voyage en train peut se faire en 2h30", rappelle le journaliste indépendant Sébastien Porte.

La honte de prendre l'avion a entraîné en Suède une baisse du trafic aérien. La pollution aérienne représenterait "2,5% des rejets de gaz à effet de serre", souligne-t-il sur franceinfo mercredi 1er juillet.

Un effort de chacun

"En 1990, il y avait un milliard de passagers, en 2050, on s'accordait avant la crise sanitaire à dire qu'on allait passer à 16 milliards, ce qui est énorme. Chacun peut changer ses habitudes. On peut réduire les effets néfastes de l'aviation en y mettant du sien à tous les niveaux", assure-t-il avant que l’auteur du livre Le dernier avion précise : "L'avion électrique n'est pas prêt, l'hydrogène n'est pas au point du tout, les biocarburants c'est marginal, donc il faut que chacun réfléchisse et le Covid-19 va inciter à cela. Cet été, on nous invite à voyager en France".

"Il y a une occasion de repenser notre rapport au voyage aérien, essayer de voyager moins, mais mieux avec des séjours plus longs, plus espacés", conclut Sébastien Porte.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne