EN IMAGES. Coronavirus : à l'heure du confinement, les rues et places des villes françaises désertées comme jamais

L'exécutif a mis en place mardi une restriction stricte des sorties et déplacements s'appliquant à tout le territoire, pour lutter contre la propagation de l'épidémie de Covid-19.

La France est à l'arrêt. La population a déserté les rues et les lieux touristiques après la mise en place, mardi 17 mars, du confinement général pour lutter contre la propagation du coronavirus. Durant au moins quinze jours, les Français ont obligation de rester chez eux, sauf pour quelques exceptions : faire leurs courses, se soigner, pratiquer une activité sportive ou aller travailler (lorsque le télétravail est impossible). Chaque sortie doit être justifiée par une attestation de déplacement dérogatoire, sous peine d'être sanctionnée par une amende de 135 euros. 

>> Suivez les dernières informations sur le confinement et l'épidémie de coronavirus dans notre direct

Quelque 100 000 policiers et gendarmes ont été mobilisés pour contrôler le respect de ces mesures. Et les Français ne s'y plient pas tous. "En 24 heures, il y a eu 70 000 échanges avec les Français pour leur expliquer pourquoi ils étaient en infraction et depuis ce matin, 4 095 procès-verbaux qui ont été dressés", a déclaré le ministre de l'Intérieur, mercredi 18 mars, dans le "20 heures" de TF1. "Globalement, les Français sont responsables et ont changé leur comportement", a toutefois nuancé Christophe Castaner. Franceinfo illustre, en quinze photographies, le confinement général des Français.

115
Aucune voiture en vue sur la place de l'Etoile, à Paris, où la circulation est habituellement très dense, le 17 mars 2020. JOEL SAGET / AFP
215
Sur cette place de Strasbourg (Bas-Rhin), il ne reste qu'un seul badaud, le 17 mars 2020. PATRICK HERTZOG / AFP
315
Un Parisien fait un footing dans les rues désertes, au matin du deuxième jour de confinement général, le 17 mars 2020. MAXPPP
415
Plus grand monde ne profite du front de mer sur la Promenade des Anglais, à Nice (Alpes-Maritimes), le 17 mars 2020. VALERY HACHE / AFP
515
Sur la Grand'Place de Lille (Nord), il y a encore quelques passants revenant de leurs courses, le 17 mars 2020. DENIS CHARLET / AFP
615
Un policier effectue des contrôles devant le Sacré-Cœur, à Paris, le 17 mars 2020. JOEL SAGET / AFP
715
Le confinement a également vidé le quartier des affaires de La Défense, près de Paris, le 17 mars 2020. MARTIN BUREAU / AFP
815
Malgré le confinement, deux touristes prennent des photos sur la place du Trocadéro, à Paris, le 17 mars 2020. LUDOVIC MARIN / AFP
915
Les transports ont également été affectés par l'entrée en vigueur du confinement. A Strasbourg (Bas-Rhin), les quais de la gare sont déserts, le 18 mars 2020. FREDERICK FLORIN / AFP
1015
Dans le centre-ville de Rennes (Ille-et-Vilaine), les transports en commun circulent eux aussi (presque) à vide, le 18 mars 2020. MAXPPP
1115
Des policiers vérifient l'attestation de déplacement dérogatoire d'une cycliste sur la place de la Concorde, à Paris, le 18 mars 2020. NICOLAS PORTNOI / HANS LUCAS / AFP
1215
En temps normal, les touristes se pressent quotidiennement au pied de la tour Eiffel, à Paris. Le Champ- de-Mars et les rues proches du monument sont toutefois vides, le 17 mars 2020. LUDOVIC MARIN / AFP
1315
Même image surprenante sur les Champs-Elysées, à Paris, immortalisés vides par cette touriste, le 17 mars 2020. MARTIN BUREAU / AFP
1415
Un employé municipal nettoie la place du Capitole, désormais vide, le 17 mars 2020 à Toulouse (Haute-Garonne). ALAIN PITTON / NURPHOTO / AFP
1515
Pas un seul piéton en vue sur la place Masséna, lieu touristique de Nice (Alpes-Maritimes), le 17 mars 2020. VALERY HACHE / AFP
Vous êtes à nouveau en ligne