En Hongrie, les artistes se mobilisent en faveur du confinement

La Hongrie ne compte officiellement que six décès du coronavirus et 130 personnes contaminées. Pour l’instant tous les commerces sont ouverts jusqu’à 15 heures. Mais des artistes se mobilisent pour inciter les Hongrois à ne pas sortir de chez eux.

Face à l’épidémie qui gagne du terrain tous les jours, un humoriste très connu en Hongrie, Andras Péter Kovacs, a enregistré un clip musical qu’il a posté sur Youtube. Sa chanson reprend la phrase-clé que les Italiens et les Français connaissent bien : "Je reste à la maison."

>> Retrouvez les dernières informations sur l'épidémie de coronavirus dans notre direct

Dans sa chanson, le comédien dialogue avec son double. Un double un peu maléfique, qui tente de le séduire en lui proposant de sortir de chez lui : "Pourquoi ne vas-tu pas boire un café dehors, ou rencontrer deux ou trois copains autour d’une bière ? Et puis tu pourrais peut-être aller chez le coiffeur ?", susurre ce personnage démoniaque. "Pas question, répond l’acteur, qui reprend inlassablement le même refrain : Je n’y vais pas, je reste chez moi ! Épicerie et pharmacie sont les seuls endroits où je mets les pieds", scande l’artiste en musique. Et il rappelle les mesures d’hygiène indispensables pour réduire les risques de propagation de l’épidémie : par exemple, garder une distance de deux mètres avec ses voisins dans les lieux publics. "Fais attention aux autres, c’est peut-être toi qui vas les contaminer", prévient le comédien.

ANDRAS PETER KOVACS / YOUTUBE


La chanson a un énorme succès sur la Toile : elle a été visionnée par 1,3 million d'internautes. Grâce aux revenus publicitaires dégagés par la vidéo, l’acteur compte organiser une grande fête, une fois que l’épidémie sera finie, pour tout le personnel soignant en première ligne dans les hôpitaux.

Mobilisation pour la culture

Autre initiative : tous les théâtres et les salles de spectacle ayant fermé, Péter Szantai, un jeune Hongrois qui travaille dans le milieu de la musique, a eu une idée pour soutenir le monde de la culture. Il a lancé le hashtag #NeRenvoiePasTonBillet.

Péter avait acheté six places de théâtre et quatre places de concert pour les prochaines semaines. Bien entendu, tous ces spectacles sont annulés. Le jeune homme a décidé de ne pas demander le remboursement de ses places. Il espère que cela pourra aider les artistes, les gérants et les techniciens qui se retrouvent sans emploi. Et qui sont dans une situation d’autant plus difficile qu’en Hongrie, il n’y a pas de statut d’intermittent du spectacle ni d’allocations chômage. La billetterie est une source importante de revenus. L’initiative de Péter a du succès. Son hashtag a été partagé par plus de 2 000 spectateurs.

Vous êtes à nouveau en ligne