En Chine, le gouvernement encourage le retour des vendeurs dans les rues mais la police les chasse

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Dans un  discours le mois dernier, le Premier ministre chinois avait fait l'éloge des vendeurs des rue, alors que le pays est plongé dans une crise économique grave  après l’épidémie de Covid-19. Mais sur le terrain, les petits vendeurs se heurtent à la police.   

Beaucoup de Pékinois se réjouissaient du retour nocturne des marchands de brochettes et des petits vendeurs de babioles sur les trottoirs de la capitale. Très populaires, ils avaient disparu ces dernieres années pour des raisons de modernité, pour protéger l’image internationale de Pékin, ville civilisée.

Le mois dernier quand le Premier ministre Li Ke Qiang a rendu hommage dans un discours à l’économie des rues et des petits commerces, Madame Yang est donc arrivée avec son tuk-tuk, elle s'est installée au coin d’une rue pour vendre ses plats cuisinés et griller des brochettes. Mais la police continue à faire la chasse aux vendeurs ambulants. "Au début, dit Madame Yang, quand on a entendu que le gouvernement encourageait les étals de rues, les petits commerçants sont sortis. Mais les inspecteurs de police nous ont dit que Pékin n'était pas d’accord. Mon mari reste à proximité de moi pour repérer les inspecteurs : s’ils arrivent, nous partons tout de suite. Hier soir, des policiers en civil ont chassé les petits vendeurs. Le tuk-tuk d’un vendeur a été renversé. L'ambulance l’a emmené à l’hôpital."

Objectif : "que l'économie revienne à la normale"

M. Wang, qui vend des jeux électroniques et des produits régionaux à Wang Fujing, un quartier commerçant du centre de Pékin, affirme que "les autorités autorisent le retour des activités commerciales dans la rue, mais ce n'est pas pour lutter contre la pauvreté. Tout est organisé et encadré par la municipalité dans des endroits désignés. En fait , le gouvernement veut encourager les habitants à sortir pour qu’ils se remettent à consommer afin que l’économie revienne à la normale. L'objectif des autorités de la ville, affirme-t-il, ce n’est pas le retour dans la rue des petits vendeurs."

Vous êtes à nouveau en ligne