En Birmanie, Aung San Suu Kyi mène la lutte contre le Covid-19... sur Facebook

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La dirigeante birmane Aung San Suu Kyi renforce son leadership en incarnant la lutte contre le Covid-19. Le pays compte officiellement 181 cas de coronavirus pour l’instant.

Depuis le début de l’épidémie de coronavirus, Aung San Suu Kyi a choisi de communiquer en personne et presque tous les jours, notamment sur Facebook. Mercredi 13 mai par exemple, elle a mis en ligne une photo d’elle avec un masque fait maison, à l’occasion d’un concours de masques qu’elle a lancé sur Facebook à l’attention de tous les Birmans.

Sur ce compte personnel, on trouve aussi des messages qui appellent à ne pas baisser la garde face à l’épidémie. Toutes ces publications se retrouvent le lendemain en première page du journal officiel. Il y a aussi des vidéos où Aung San Suu Kyi discute avec des médecins, des patients, des responsables locaux de la lutte contre le Covid-19, des publications qui reçoivent pour certaines jusqu’à 400 000 mentions "j’aime".

Une façon de maintenir le lien avec les Birmans à l’approche des élections

Les rassemblements sont désormais interdits, Aung San Suu Kyi a donc dû mettre fin à ses déplacements à la rencontre des foules. La dirigeante a dû trouver une alternative, selon le journaliste Zayar Hlaing, membre du conseil de la presse birmane : "C’est comme une campagne en faveur de son parti politique. elle a cherché un moyen de communication pour atteindre les gens. Facebook est une des plateformes pour communiquer avec le public. Ses vidéos en direct suscitent beaucoup de réactions. Les séquences avec les malades, quand elle discute avec eux par vidéoconférence, sont très touchantes pour les gens. Elle y gagne beaucoup." 

Une popularité dont témoignent les commentaires des internautes. "C’est plus qu’une leader, nous l’aimons comme nous aimons notre propre mère", dit l’un d’entre eux. Un soutien qui rappelle celui qu’avait reçu Aung San Suu Kyi en décembre 2019, quand la dirigeante avait décidé d’aller, en personne là aussi, défendre la Birmanie accusée de génocide devant la Cour internationale de justice.

Vous êtes à nouveau en ligne