Édouard Philippe : « Ce que nous voulons faire, c’est qu’il ne soit pas utile de licencier »

France 2

Interviewé par la journaliste Anne-Sophie Lapix sur le plateau du 20 heures, le Premier ministre Édouard Philippe s’est notamment exprimé sur les aides financières envers les entreprises et salariés. 

Interviewé par la journaliste Anne-Sophie Lapix sur le plateau du 20 heures, le Premier ministre Édouard Philippe s’est notamment exprimé sur les aides financières envers les entreprises et salariés. 
L’aide aux entreprises coûtera 45 milliards d’euros, d’après le ministre de l’Économie Bruno Le Maire. Le chômage partiel, le report ou l’annulation des charges et impôts entre dans cette aide. Mais quid des licenciements ? Une interdiction sera-t-elle mise en place ? « Interdire de licencier, je ne crois pas que nous en arrivions là. Ce que nous voulons faire, c’est qu’il ne soit pas utile de licencier. Le but est de faire en sorte que l’entreprise puisse continuer son existence de façon à pouvoir poursuivre, le moment venu, son activité ».

« Conserver les entreprises en vie »

Pas de contrôle des licenciements en vue, donc. « L’interdiction administrative des licenciements, comme elle a pu exister, n’est je crois, jamais satisfaisante » souligne le Premier ministre.
« Notre objectif, c’est de faire en sorte que le tissu productif français puisse surmonter cette crise », explique Édouard Philippe. « Et pour surmonter cette crise, il faut que là où le chiffre d’affaire s’écroule, là où la capacité de travail disparaît, on puisse conserver l’entreprise en vie. »

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne