Dunkerque : vers des mesures similaires à celles prises dans les Alpes-Maritimes ?

franceinfo

À Dunkerque (Nord), le taux d’incidence est de 901 cas pour 100 000 habitants, un chiffre plus élevé que dans les Alpes-Maritimes. La question d’un confinement partiel est également sur la table dans le département. Mylène Ogliastro, virologue, était l’invitée du 23h de franceinfo.

La situation est extrêmement préoccupante dans l’agglomération de Dunkerque, dans le Nord. Le taux d’incidence a atteint 901 cas pour 100 000 habitants. Alors comme dans les Alpes-Maritimes, un confinement partiel est à l’étude, lundi 22 février. Si les habitants sont partagés, les commerçants sont eux inquiets de subir de plein fouet un nouveau coup dur. "La tendance serait plutôt de mettre en place des mesures restrictives immédiatement, des plans de dépistage et d’isolement", estime de son côté Philippe Amouyel, professeur de santé publique au CHU de Lille (Nord).

"Les chiffres sont alarmants"

La virologue Mylène Ogliastro était l’invitée du 23h de franceinfo pour aborder cette hypothèse. "Tout est fait pour éviter un confinement strict, on rajoute des mesures pour limiter la circulation du virus, a-t-elle expliqué. La même chose devrait être implémentée dans le Nord, les chiffres sont alarmants. On a largement dépassé le seuil d’alerte. Le confinement strict serait une des mesures pour bloquer la propagation, mais cela peut créer des dégâts sur la santé mentale. Il faut essayer de maintenir un peu de circulation, les écoles ouvertes notamment, avec des mesures barrières."

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne