Discours présidentiel du 14 juillet : que faut-il retenir ?

Ce mardi 14 juillet, c’était la première fois qu’Emmanuel Macron se pliait à la tradition de l’interview de la fête nationale. À 600 jours de la fin de son mandat, le chef de l’État a tenté de donner une perspective.

La prise de parole est inédite, et elle n’est pas anodine pour Emmanuel Macron. Après trois ans de mandat, le chef de l’État est revenu sur les trois fronts auxquels il doit faire face. D’abord, la crise sanitaire. Le président défend sa gestion et affirme que la France est prête en cas de seconde vague. Mais après l’épidémie de coronavirus, c’est désormais la crise économique qui menace. Il prévient, la bataille de l’emploi ne fait que commencer. "Nous allons avoir une augmentation du chômage, massive", a-t-il affirmé.

Une crise de confiance

Emmanuel Macron a aussi évoqué la crise de confiance qui le touche personnellement. Après les gilets jaunes, les grèves contre la réforme des retraites, il reconnaît des erreurs, du moins sur la forme. Et pour y remédier, un nouveau gouvernement, et une nouvelle méthode : "Le projet, ce n’est pas de changer de cap, c’est de changer de chemin pour y arriver."

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne