Coronavirus : le Covid-19 réapparaît à Pékin avec plus de 100 cas confirmés

Un résident du quartier de Fengtai à Pékin (Chine) est testé au Covid-19, le 15 juin 2020.
Un résident du quartier de Fengtai à Pékin (Chine) est testé au Covid-19, le 15 juin 2020. (LI XIN / XINHUA / AFP)

"La semaine dernière, la Chine a fait état d'un nouveau foyer à Pékin, après plus de 50 jours sans aucun cas dans cette ville (...)", a annoncé l'OMS lundi. 

Le monde est encore loin d'avoir tourné la page du Covid-19Plus de 100 nouveaux cas de coronavirus ont été recensés à Pékin depuis que la maladie a fait sa réapparition dans la ville chinoise, a annoncé lundi 15 juin, l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

"La semaine dernière, la Chine a fait état d'un nouveau foyer à Pékin, après plus de 50 jours sans aucun cas dans cette ville. Plus de 100 cas ont maintenant été confirmés. L'origine et l'étendue de l'épidémie font l'objet d'une enquête", a déclaré le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, au cours d'une conférence de presse virtuelle.

 Reconfinement en Inde. En parallèle, l'État indien du Tamil Nadu a ordonné le reconfinement de l'agglomération de Chennai, d'une population de plus de 15 millions d'habitants, à partir de vendredi et jusqu'à fin juin. Au début du mois, l'Inde a largement assoupli les restrictions draconiennes mises en place face au virus, qui ne montre toujours pas de signes de ralentissement dans le pays.

Pas d'évolution en vue pour le chômage partiel en France. Le ministère du Travail a fait savoir, lundi, que le dispositif de chômage partiel ne connaîtrait aucun changement au 1er juillet pour les entreprises et les salariés. "L'information selon laquelle l'indemnisation des salariés en activité partielle passerait à 60% du brut [contre 70% aujourd'hui] au 1er juillet est inexacte", a précisé le ministère. 

 Une épidémie sous contrôle en France. Olivier Véran, le ministre de la Santé, a annoncé lundi matin que "le gros de l'épidémie [était] derrière nous". "On est en mesure d'alléger le protocole sanitaire dans les écoles et les collèges", a-t-il confirmé, rappelant néanmoins que "le port du masque reste obligatoire dans les transports"

 Les frontières rouvrent. La Belgique, la France ou encore la Grèce ont rétabli lundi matin la libre circulation avec tous les pays d'Europe. Athènes, dont l'économie repose en grande partie sur le tourisme, invite même les voyageurs de plusieurs pays du monde – comme l'Australie, la Nouvelle-Zélande, le Japon, la Corée du Sud et la Chine – à venir.

Vous êtes à nouveau en ligne