Coronavirus : le nombre de patients en réanimation continue de baisser

Des soignants s\'activent auprès d\'un malade du Covid-19 placé en réanimation, le 21 avril 2020 à Toulouse (Haute-Garonne).
Des soignants s'activent auprès d'un malade du Covid-19 placé en réanimation, le 21 avril 2020 à Toulouse (Haute-Garonne). (FR?D?RIC SCHEIBER / HANS LUCAS / AFP)

Le bilan de l'épidémie de coronavirus s'établit jeudi à au moins 28.215 morts, avec 83 nouveaux décès enregistrés depuis la veille, a indiqué la Direction générale de la santé. Le nombre de patients placés en réanimation baisse légèrement, de 49 personnes.

L'épidémie de coronavirus poursuit sa lente décrue en France. Selon le dernier bilan de la direction générale de la santé, communiqué jeudi 21 mai, le nombre de patients placés en réaimation – parce qu'atteints d'une forme grave de coronavirus – a baissé de 49 personnes ces dernières 24 heures. "1 745 malades atteints d’une forme sévère de COVID-19 sont hospitalisés en réanimation (vs 2 299 il y a une semaine)", précise la DGS. Au total, 28 215 personnes sont mortes du Covid-19 depuis le 1er mars.

Une manifestation à Paris. Plusieurs centaines de personnes, dont des soignants en blouse blanche, se sont réunis devant l'hôpital Robert-Debré à Paris pour réclamer des "lits" et "du fric pour l'hôpital public", et ce en dépit de l'interdiction de rassemblement de plus de dix personnes dans un lieu public, en raison de l'épidémie de Covid-19. Une cinquantaine de participants ont été verbalisés et trois ont été interpellés, selon les informations de franceinfo.

Davantage de violences conjugales, moins de féminicides. Sur France Inter, Marlène Schiappa a déclaré qu'il y a eu "cinq fois plus de signalements" de cas de violences conjugales sur la plateforme gouvernementale dédiée pendant le confinement. Mais le nombre de féminicides semble être, lui, en baisse, selon la secrétaire d'Etat à l'égalité femmes hommes. "On en serait en moyenne à un féminicide tous les 4,2 ou 4,4 jours, alors que habituellement on était plutôt à un tous les 3 ou tous les 2,5 jours", a-t-elle expliqué.

Des plages interdites en Bretagne. Les plagistes ne pourront pas en profiter pour l'Ascension : cinq communes du Morbihan et une du Finistère ont demandé la fermeture de leurs plages, rouvertes le week-end dernier, à la demande de leurs maires, après avoir constaté des "incivilités" et le non-respect des règles de distanciation.

Vous êtes à nouveau en ligne