#OnVousRépond "Pourquoi ne pas déclarer l'état de catastrophe sanitaire ?" Les réponses à vos questions du mercredi 1er avril

#OnVousRépond : posez toutes vos questions sur l\'épidémie de coronavirus dans le live de franceinfo.fr
#OnVousRépond : posez toutes vos questions sur l'épidémie de coronavirus dans le live de franceinfo.fr (FRANCE TELEVISIONS)

Chaque jour, franceinfo répond à vos interrogations sur le virus et les conséquences des mesures prises contre la pandémie sur votre vie quotidienne.

Puis-je indiquer deux motifs sur la même attestation de déplacement ? Un parent peut-il sortir prendre l'air avec son enfant en bas âge dehors dans le rayon du km, juste pour se dégourdir les jambes ? Dans quel pays dénombre-t-on le plus de cas ?Comme chaque jour depuis le début du confinement et de la pandémie de Covid-19, les équipes de franceinfo se sont mobilisées, mercredi 1er avril, pour répondre à vos questions et vous aider à y voir plus clair, grâce à l'opération #OnVousRépond.

 Comment ça marche ? Posez vos questions directement dans le live de franceinfo ou via ce formulaire dédiéDe 6 heures à minuit, plusieurs membres de la rédaction se relaient pour y répondre. Vous retrouverez les réponses dans le direct. Bien sûr, le très grand nombre de questions ne nous permet pas de toutes les traiter, mais il est possible que la réponse à votre interrogation ait déjà été donnée à un autre internaute.

"Bonjour,Je suis restauratrice, et comme l'ensemble de ma profession, nos assurances refusent de prendre en charge les pertes d'exploitation dû à la fermeture exceptionnelle en qq heures de nos établissements. Savez-vous ce qui empêche le gouvernment de déclarer l'état de catastrophe sanitaire ?" Stricto sens, cet état de catastrophe sanitaire n'existe pas. Bruno Le Maire expliquait au début du confinement : "Nous allons continuer à discuter avec les assureurs. Les catastrophes naturelles sont prises en charge, mais pas les catastrophes sanitaires. Nous allons voir avec les assureurs comment ils peuvent participer à l’effort de solidarité nationale." Mais comme le constate le site spécialisé L'Argus de l'assurance, les professionnels bottent en touche, assurant ne pas couvrir les risques pandémiques. "Les assurances sont les grandes absentes du mouvement de solidarité nationale", dénonçait même le syndicat de l'hôtellerie-restauration l'UMIH.

"Bonjour FI, sur la carte, je vois que la Corée du Nord ne compte aucun cas officiel... Un journaliste a votre connaissance se serait-il déjà pensé sur le sujet pour savoir si c'est un mensonge de propagande ou non ? Et si non, comment expliquer cette absence de cas ? Merci" C'est d'autant plus suspect que le système de santé nord-coréen est souffreteux, à l'image de la condition physique de son peuple affaibli par des années de privations. Forcément, un doute émerge sur ce village gaulois qui résiste encore et toujours à la pandémie, bien résumé dans cet article du New York Times.

Il existe cependant des arguments qui penchent en faveur du régime de Pyongyang. Le régime a fermé ses frontières en janvier, et a coupé ses liens commerciaux avec la Chine (qui représente 90% de son commerce extérieur). Mais le régime a demandé dès le mois de février des envois humanitaires de tests de détection du virus et annonce via ses médias officiels avoir placé 10 000 personnes en quarantaine.

Vous êtes à nouveau en ligne