Manifestations des soignants : 18 000 personnes ont défilé à Paris selon la police, 250 rassemblements ont eu lieu en France, d'après la CGT

Des infirmières manifestent à Toulouse (Haute-Garonne) comme d\'autres soignants un peu partout en France, le 16 juin 2020. 
Des infirmières manifestent à Toulouse (Haute-Garonne) comme d'autres soignants un peu partout en France, le 16 juin 2020.  (SEBASTIEN LAPEYRERE / HANS LUCAS / AFP)

Des échauffourées ont éclaté en fin de parcours mardi, au moment où le cortège rejoignait l'esplanade des Invalides.

"Fini les applaudissements, place aux rassemblements" : après trois mois de crise sanitaire, médecins, aides-soignants, infirmiers et personnels de santé ont battu le pavé, mardi 16 juin, un peu partout en France, pour rappeler le gouvernement à ses promesses sur l'hôpital, en plein Ségur de la santé. 

A Paris, les manifestants sont arrivés aux Invalides dans l'après-midi, après que des black blocs ont dégradé plusieurs véhicules. La préfecture de police faisait état, à 18h30, de 32 interpellations. Au total, le cortège a rassemblé 18 000 personnes, selon la police. 

Plusieurs milliers de manifestants à Toulouse, Nantes, Strasbourg... Les premières manifestations autorisées dans le pays depuis l'entrée en vigueur du confinement il y a trois mois ont rassemblé, selon la police, 7 500 personnes à Toulouse, 6 000 à Lyon, 5 500 à Nantes, au moins 4 000 à Bordeaux ou Strasbourg, 3 800 à Grenoble, 3 500 à Marseille... 

Plus de 200 rassemblements. De Paris à Montpellier en passant par Metz, Dunkerque et Bobigny, au total, plus de 220 rassemblements ont eu lieu dans le cadre de cette journée d'action nationale, organisée à l'appel d'une dizaine de syndicats et collectifs de soignants (CGT, FO, Unsa, Sud, Collectif Inter-Hôpitaux...). La plupart de ces manifestations se tenaient devant des hôpitaux et des établissements médicaux-sociaux, où la CFDT elle aussi a déposé un préavis de grève. Des aides à domicile et associations de retraités se sont également jointes aux mouvements.

Vers une revalorisation des salaires ? Les soignants, en première ligne face au Covid-19, réclament un "plan de recrutement" et une "revalorisation générale des salaires", de l'ordre de 300 à 400 euros, selon les syndicats. Ils souhaitent aussi "l'arrêt de toutes les fermetures d'établissements, de services et de lits"Concernant les hausses de salaire promises dans le cadre du Ségur de la santé, "le rendez-vous est fixé" avec les soignants, a assuré lundi Olivier Véran. "D'ici à début juillet ils auront toutes les réponses aux questions qu'ils posent et aux revendications qu'ils portent légitimement."

Vous êtes à nouveau en ligne