Covid-19 : l'Allemagne prolonge ses restrictions jusqu'au 7 mars

La chancelière allemande Angela Merkel lors d\'une conférence de presse sur les mesures anti-Covid, le 10 février 2021 à Berlin.
La chancelière allemande Angela Merkel lors d'une conférence de presse sur les mesures anti-Covid, le 10 février 2021 à Berlin. (MARKUS SCHREIBER / AP)

Commerces non alimentaires, restaurants, cafés, musées ou encore équipements sportifs resteront ainsi fermés au-delà de la date fixée jusqu'ici au 14 février.

Angela Merkel a annoncé mercredi 10 février la prolongation jusqu'au 7 mars de la plupart des restrictions contre le Covid-19 en place en Allemagne, malgré la grogne croissante de l'opinion qui l'a obligée à quelques concessions. Commerces non alimentaires, restaurants, cafés, musées ou encore équipements sportifs resteront ainsi fermés au-delà de la date fixée jusqu'ici au 14 février, "compte tenu de l'incertitude concernant la propagation des variants du virus", a expliqué la chancelière, à l'issue d'une réunion sur le sujet avec les représentants des 16 Etats régionaux du pays. La chancelière a néanmoins indiqué que les salons de coiffure pourront rouvrir le 1er mars, à condition d'adopter un strict protocole sanitaire, et que les écoles pourraient faire de même là où les conditions locales le permettront.

 Un léger repli des hospitalisations en France. Les chiffres des hospitalisations et entrées en réanimation de malades du Covid-19 sur 24 heures sont en léger recul par rapport à la veille, selon les données de Santé publique France publiées mercredi. Les hôpitaux accueillent désormais 27 417 malades du Covid-19, contre 27 634 la veille, avec 1 525 admissions ces dernières 24 heures (+1 931 mardi). Sur ces malades, 3 309 sont dans un service de réanimation (qui reçoivent les cas les plus graves), contre 3 332 mardi. Lors des précédentes vagues, le nombre de patients en réa avait atteint 7 000 au printemps et 4 900 à l'automne. 

 L'aide de 1500 euros pour les petites entreprises prolongée de deux mois. Le volet universel du fonds de solidarité, qui permettait à toutes les petites entreprises en difficulté d'obtenir une aide mensuelle jusqu'à 1 500 euros, sera finalement prolongé pour les mois de janvier et février, a annoncé mercredi 10 février le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. "Nous avons décidé que le fonds de solidarité à 1 500 euros, qui était le fonds de solidarité universel mis en place au 1er mars 2020, qui devait être suspendu à partir du 31 décembre 2020 sera maintenu pour le mois de janvier et le mois de février 2021", a déclaré le ministre devant la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale.

 L'OMS recommance AstraZeneca pour les plus de 65 ans. Le vaccin contre le Covid-19 développé par le laboratoire britannique AstraZeneca et l'université d'Oxford peut être administré aux plus de 65 ans, a indiqué, mercredi, le comité d'experts sur les vaccins de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Dans ses recommandations très attendues sur ce vaccin, le Groupe stratégique consultatif d'experts de l'OMS sur la vaccination (SAGE) recommande également son utilisation dans les pays où les variants sont présents. Ces recommandations interviennent alors que ce vaccin à vecteur viral a connu des déboires ces dernières semaines. Par ailleurs, AstraZeneca a annoncé s'associer avec l'allemand IDT Biologika afin d'être capable de produire dès le deuxième trimestre davantage de vaccins pour l'Europe. 

Pas d'été sans festival. Si la date de réouverture des salles de spectacle, des musées ou encore des salles de cinéma, fermés en raison de la pandémie de Covid-19, est toujours inconnue, "l'hypothèse d'un été sans festival est exclue", a déclaré la ministre de la Culture, mercredi sur France 2. "Mais il y a festival et festival...", a nuancé Roselyne Bachelot dans "Les 4 Vérités". "Un festival comme Aix-en-Provence, c'est une salle de spectacle", a-t-elle relevé, avant de pointer : "Ce qui pose des difficultés, ce sont les festivals debout."

L'Union européenne doit muscler sa production de vaccins. "Trop optimiste" sur les livraisons de vaccins anti-Covid, l'UE veut muscler la production de masse pour mieux préparer les Vingt-Sept à la propagation des nouveaux variants, a affirmé mercredi la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. "Nous avons sous-estimé les difficultés liées à la production de masse (...) et sans doute trop confiants sur la livraison en temps voulu des doses commandées", a reconnu une nouvelle fois la chef de l'exécutif européen devant les eurodéputés, alors que la Commission, qui a négocié les précommandes au nom des Vingt-Sept, est visée par un feu nourri de critiques à la suite d'importants retards de livraison.

Les renseignements américains se sont-ils trompés ? Un expert de la mission de l'OMS en Chine pour enquêter sur les origines du coronavirus a mis en doute mercredi la fiabilité des renseignements américains sur la pandémie, dont la progression pousse l'Europe à vouloir renforcer la production de vaccins. Après une mission de quatre semaines dans cette ville qui fut, un temps, épicentre de l'épidémie, les experts de l'Organisation Mondiale de la Santé ont indiqué n'avoir pu percer les origines du Covid-19, mais jugé "hautement improbable" l'hypothèse de la fuite du coronavirus depuis un laboratoire de la ville.

 L'Estonie teste des passeports de vaccination pour le monde entier. Le pays mène, avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS), des efforts visant à développer des passeports vaccinaux numériques, reconnus mondialement. Le problème est de savoir si quiconque vérifie un tel certificat peut "faire confiance à la source" du document, souligne Marten Kaevats, conseiller du gouvernement estonien sur les questions technologiques. L'Estonie dispose déjà de son propre système de dossiers de santé électroniques contenant l'information sur les vaccins, mais la plupart des pays du monde n'en ont pas et il n'existe pas de méthodes de reconnaissance mutuelle de ce genre de documents nationaux.

Vous êtes à nouveau en ligne