Covid-19 : le déplacement de Jean Castex en Algérie prévu dimanche reporté sine die "compte tenu du contexte sanitaire"

Le Premier ministre Jean Castex quitte l\'Elysée, à Paris, le 24 mars 2021.
Le Premier ministre Jean Castex quitte l'Elysée, à Paris, le 24 mars 2021. (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / AFP)

Il "est donc reporté à une date ultérieure, lorsque le contexte sanitaire sera plus favorable", a annoncé Matignon.

Le comité intergouvernemental franco-algérien, prévu dimanche en Algérie en présence du Premier ministre français Jean Castex, est reporté sine die "compte tenu du contexte sanitaire", a annoncé Matignon jeudi 8 avril. "L'épidémie de Covid-19 ne permettant pas à ces délégations de se retrouver dans des conditions pleinement satisfaisantes", le comité "est donc reporté à une date ultérieure, lorsque le contexte sanitaire sera plus favorable", a ajouté Matignon. De sources concordantes françaises et algériennes, le format de la délégation française, réduit en raison de l'épidémie, a été jugé insuffisant par les autorités hôtes, ce qui a précipité cette annulation tardive. 

 Le nombre de patients en réanimation en légère baisse. On comptait 5 705 personnes dans les services de soins critiques (réanimation, soins intensifs et surveillance continus) jeudi 8 avril, contre 5 729 mercredi, selon les données quotidiennes de Santé publique France (SPF). En 24 heures, ce sont 498 patients qui ont été admis dans ces services qui traitent les cas les plus graves, contre 673 la veille. Le nombre total de personnes à l'hôpital est aussi en légère baisse avec 30 555 patients positifs au Covid-19 actuellement hospitalisés, contre 30 904 la veille. En 24 heures, 345 nouveaux décès ont été enregistrés dans les établissements hospitaliers, contre 433 décès la veille. Suivez notre direct. 

Un nombre records d'hospitalisations en soins critiques en Paca. La région Provence-Alpes-Côte d'Azur enregistre actuellement un nombre record d'hospitalisations en soins critiques (réanimation, soins intensifs), avec 559 malades concernés, soit plus que lors des pics de la première et de la deuxième vagues d'épidémie de Covid-19, a annoncé jeudi 8 avril l'ARS. "Depuis l'automne dernier, la tension est très forte dans les établissements de santé, le nombre de patients Covid se situant sur un plateau très élevé nécessitant la création de près de 300 lits de réanimation", écrit l'agence régionale de santé dans son bulletin. 

La barre des 10 millions de premières injections franchie en France. Le pays a dépassé les 10 millions de premières injections de vaccins contre le Covid-19, a annoncé le Premier ministre lors d'un déplacement dans un centre de vaccination contre le Covid-19 à Nogent-sur-Marne (Val-de-Marne), jeudi. "Le pays tout entier vient de franchir les 10 millions de personnes qui ont reçu une première vaccination, avec une semaine d'avance sur l'objectif que j'avais fixé", s'est-il réjoui. Avec un rythme quotidien de 200 000 à 300 000, cet objectif de 10 millions avait été promis pour la mi-avril. Prochains caps : 20 millions de premières doses à la mi-mai, puis 30 millions à la mi-juin. 

 Les personnes atteintes de mucoviscidose âgées de moins de 50 ans pourront être vaccinées. Le ministre de la Santé l'a annoncé dans une lettre datée du 31 mars, adressée à l'association Vaincre la mucoviscidose. Jusqu'à présent, la mucoviscidose faisait partie des comorbidités ouvrant droit à la vaccination pour les personnes de 50 à 69 ans. Dorénavant, cette pathologie permettra de recevoir le vaccin Moderna à partir de 18 ans, ou le Pfizer à partir de 16 ans.

Un "lien possible" entre le vaccin AstraZeneca et des cas rares de thromboses. L'Agence européenne des médicaments (EMA) a reconnu mercredi que le vaccin anglo-suédois pouvait provoquer chez certaines personnes des problèmes sanguins très rares. Ces thromboses devraient être répertoriées comme effet secondaire "très rare" du vaccin, mais l'EMA juge que la balance bénéfice-risque reste "positive".

La Belgique, l'Italie et l'Espagne limitent l'utilisation du vaccin d'AstraZeneca. La Belgique a décidé de réserver l'utilisation du vaccin aux plus de 55 ans, tandis que l'Espagne et l'Italie vont l'administrer aux plus de 60 ans, ont annoncé ces trois pays européens mercredi, à la suite de la confirmation d'un "lien possible" entre le vaccin et des cas très rares de thromboses. 

Vous êtes à nouveau en ligne