Covid-19 : le vaccin d'AstraZeneca doit rester réservé aux plus de 55 ans, selon un avis de la Haute Autorité de santé

Un homme est vacciné avec le vaccin d\'AstraZeneca contre le Covid-19, le 27 mars 2021, en Dordogne. 
Un homme est vacciné avec le vaccin d'AstraZeneca contre le Covid-19, le 27 mars 2021, en Dordogne.  (BURGER / PHANIE / AFP)

Dans un communiqué publié mercredi soir, la HAS "maintient sa recommandation de restreindre l’utilisation du vaccin (...) d’AstraZeneca aux personnes âgées de 55 ans et plus". 

La Haute Autorité de santé (HAS) réitère sa position sur le vaccin d'AstraZeneca contre le Covid-19. Après avoir "réévalué l’opportunité d’élargir la cible vaccinale avec les deux vaccins à adénovirus au regard des dernières données analysées par l’Agence européenne des médicaments et du contexte actuel en France", la HAS "maintient sa recommandation de restreindre l’utilisation du vaccin (...) d’AstraZeneca aux personnes âgées de 55 ans et plus", annonce-t-elle dans un communiqué, mercredi 12 mai.

"C’est à partir de 50-55 ans que les risques de thromboses atypiques (TTS) diminuent fortement tandis que les bénéfices associés à la protection vaccinale (hospitalisations, décès évités) commencent à croître de façon significative", explique l'autorité publique indépendanteSuivez notre direct. 

Les vaccins à ARN Messager semblent efficaces contre le variant identifié en Inde. Les vaccins utilisant la technologie de l'ARN messager, comme ceux de BioNtech/Pfizer et Moderna, semblent fournir une réponse immunitaire suffisante contre le variant à l'origine d'une flambée des cas en Inde, a indiqué, mercredi 12 mai, l'Agence européenne des médicaments, sur la base de données "encourageantes". L'organisme s'est également montré optimiste concernant la capacité des vaccins fonctionnant sur la base d'un adénovirus (AstraZeneca et Janssen), à protéger contre ce variant. 

La France impose une quarantaine à de nouveaux pays. Les voyageurs en provenance de cinq nouveaux pays devront respecter une quarantaine obligatoire à leur arrivée, a annoncé le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, à l'issue du Conseil des ministres. Le secrétaire d'Etat a précisé que le nom des cinq Etats visés par l'élargissement de cette liste, déjà étendue samedi, serait communiqué "dans les prochaines heures". 

Pas de jauge pour les petites terrasses. Les restaurants ayant moins d'une dizaine de tables en extérieur seront exemptés de la jauge de 50% s'appliquant en théorie à partir de la réouverture du 19 mai, a annoncé le ministre délégué aux Petites et moyennes entreprises, Alain Griset. Ces établissements devront toutefois installer des séparations (plexiglas, plantes...) entre les tables pour pouvoir y accueillir des clients. 

De nouveaux professionnels autorisés à vacciner. Un décret publié au Journal officiel, mercredi, autorise les masseurs kinésithérapeutes, les aides-soignants, les auxiliaires de puériculture, les ambulanciers, les secouristes et les étudiants en maïeutique à injecter des doses de vaccins, après avoir suivi une formation et sous la supervision d'un médecin.

 Un retour plus massif à l'université le 19 mai. Les universités pourront accueillir 50% des étudiants à partir du 19 mai, contre 20% jusqu'à présent, afin d'organiser des sessions de préparation au rattrapage, a annoncé mercredi la ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, sur Sud Radio.

La Fête de la musique aura bien lieu le 21 juin. "Je l'annonce aujourd'hui, parce que la question s'était posée éventuellement de [la] reculer", a confié Roselyne Bachelot, mercredi 12 mai sur France Inter. La ministre de la Culture a par ailleurs donné des précisions sur les conditions de son organisation, et rejeté l'idée d'un pass sanitaire nécessaire pour cet événement. "On est en train de travailler avec le ministère de l'Intérieur pour déployer des mesures de sécurité, mais il ne sera pas utile de présenter un pass sanitaire." 

Vous êtes à nouveau en ligne