Covid-19 : l'essai clinique de Johnson & Johnson pour un vaccin reprend après une suspension d'une dizaine de jours

Le siège du groupe pharmaceutique Johnson & Johnson à Irvine (Etats-Unis), le 28 août 2019.
Le siège du groupe pharmaceutique Johnson & Johnson à Irvine (Etats-Unis), le 28 août 2019. (MARK RALSTON / AFP)

La maladie inexpliquée d'un volontaire la semaine dernière avait interrompu l'essai clinique du groupe pharmaceutique américain. 

La course pour un vaccin contre le Covid-19 va pouvoir reprendre chez Johnson & Johnson. Le groupe pharmaceutique américain a annoncé vendredi 23 octobre qu'il se préparait à reprendre l'essai clinique de son vaccin expérimental contre le Covid-19, qui avait été suspendu la semaine dernière en raison d'une maladie inexpliquée chez un volontaire.

Le groupe "se prépare à reprendre le recrutement" de l'essai dit de phase 3, qui doit in fine inclure 60 000 personnes, et avait commencé fin septembre. "Après une évaluation approfondie d'un événement médical grave chez un participant, aucune cause certaine n'a été identifiée", a indiqué le groupe. "La société n'a trouvé aucune preuve que le candidat-vaccin ait causé l'événement".

 Un reconfinement pas à exclure après le mois de décembre. Emmanuel Macron s'est exprimé depuis le centre hospitalier René-Dubos de Pontoise (Val-d'Oise) où il était en déplacement vendredi."Il est encore trop tôt pour dire si l'on va vers des reconfinements locaux ou plus larges", a-t-il estimé depuis le centre hospitalier. Le chef de l'Etat n'exclut donc pas cette option pour mieux lutter contre la pandémie de Covid-19 et limiter sa deuxième vague. Il a également précisé que les dernières mesures restrictives prises par le gouvernement ces derniers jours n'ont "pas vocation à être réduites, mais peut-être renforcées si elles ne sont pas assez efficaces". Enfin, il a expliqué que la situation sanitaire allait être "étudiée chaque semaine" et que les mesures du gouvernement allaient s'appliquer jusqu'au "début du mois de décembre"

Plus d'un million de cas en France. Pour la première fois vendredi, la France a enregistré plus de 42 000 contaminations au Covid-19 en 24 heures, dépassant le seuil symbolique du million de cas. En un jour, 42 032 cas supplémentaires ont été recensés, pour un total de 1 041 075 cas depuis le début de l'épidémie. Le nombre de patients hospitalisés a quant à lui bondi à 15 008 (+976), dont 2 441 en réanimation (+122). Le taux de positivité des tests a lui aussi nettement augmenté jeudi, passant de 14,3% à 15,1%, selon Santé publique France

Joe Biden promet un vaccin "gratuit" pour tous. Le candidat démocrate à l'élection présidentielle américaine a promis vendredi un vaccin gratuit, même en cas de défaut d'assurance maladie. "Une fois que nous aurons un vaccin sûr et efficace, il devra être gratuit pour tout le monde, que vous soyez assuré ou pas", a-t-il affirmé, à 11 jours de l'élection présidentielle. Cette gratuité entrerait dans le cadre de son plan national de lutte contre la pandémie, s'il était élu à la présidence des Etats-Unis.

 L'OMS s'alarme de l'augmentation mondiale du nombre de cas. L'hémisphère nord se trouve à un "moment critique" de la pandémie de Covid-19, a averti le patron de l'OMS,Tedros Adhanom Ghebreyesus, vendredi. "Un trop grand nombre de pays connaissent une augmentation exponentielle des cas de Covid-19 et cela conduit maintenant à ce que les hôpitaux et les unités de soins intensifs soient proches ou aient dépassé leurs limites de capacité et nous ne sommes qu'en octobre", a-t-il déclaré en conférence de presse.

Vous êtes à nouveau en ligne