Covid-19 : la ville de Sao Paulo au Brésil veut vacciner sa population avec le vaccin chinois dès le mois de janvier

Une femme se fait vacciner contre la grippe, en décembre 2020. 
Une femme se fait vacciner contre la grippe, en décembre 2020.  (STEPHANE LARTIGUE / MAXPPP)

Le gouverneur de l'Etat de Sao Paulo a annoncé lundi le début des vaccinations contre le Covid-19 avec le Coronavac chinois dès le 25 janvier, même si ce dernier n'a pas encore été homologué par les autorités sanitaires. 

Le plus tôt sera le mieux. Telle est la stratégie optée par Joao Doria, le gouverneur de l'Etat de Sao Paulo au Brésil, pour lutter contre l'épidémie de Covid-19Les personnels de santé seront les premiers vaccinés, selon le programme fourni par le gouverneur en conférence de presse. Puis viendront les personnes de plus de 60 ans, les indigènes et les quilombolas, membres de communautés de descendants d'esclaves fugitifs. 

Pour que ce programme soit mis en place aux dates fixées par le gouvernement de Sao Paulo, le vaccin Coronavac, du laboratoire chinois Sinovac, doit être homologué par l'agence de vigilance sanitaire nationale Anvisa. Mais la demande d'homologation n'a pas encore été déposée, même si la phase 3 des essais cliniques auprès de plusieurs milliers de volontaires au Brésil est déjà bien avancée. 

Ce direct est terminé.

L'OMS ne préconise pas un vaccin obligatoire. "Je ne pense pas que l'obligation soit la voie à suivre" pour lutter contre la progression du Covid-19, a déclaré Kate O'Brien, directrice du département immunisation et vaccins à l'OMS. Selon elle, l'expérience a montré que lorsque des pays ont voulu rendre obligatoires certains vaccins, cela n'a pas eu les effets escomptés. 

"Nous sommes encore loin de 5 000 nouveaux cas par jour". C'est le directeur général de la santé, Jérôme Salomon, qui en a fait l'aveu lors de sa conférence de presse sur l'épidémie de Covid-19 à 18 heures. "Le niveau de contaminations quotidiennes ne baisse plus", a regretté le médecin. "Nous sommes encore loin de l'objectif des 5 000 cas par jour", a-t-il indiqué. "Malgré tous nos efforts, nous sommes toujours face à un risque élevé de rebond épidémique", a-t-il averti. 

 La France a enregistré 3 411 nouveaux cas de contamination au Covid-19 en 24 heures. "Aujourd'hui, 26 365 malades de la Covid sont hospitalisés, dont 3 198 en réanimation. Nous avons ainsi 3 411 cas de plus en 24 heures", a indiqué le directeur général de la Santé. Un chiffre souvent trompeur le week-end. Emmanuel Macron avait également souhaité que le nombre de personnes en réanimation pour Covid-19 soit compris entre 2 500 et 3 000. 

Vous êtes à nouveau en ligne