DIRECT. Coronavirus : le match de Ligue 1 Strasbourg-PSG, prévu samedi, est reporté

Le Premier ministre Édouard Philippe a confirmé vendredi 6 mars que la France reste au stade 2 pour lutter contre l\'épidémie de Covid-19. Le passage au stade 3 va-t-il se produire ?
Le Premier ministre Édouard Philippe a confirmé vendredi 6 mars que la France reste au stade 2 pour lutter contre l'épidémie de Covid-19. Le passage au stade 3 va-t-il se produire ? (BERTRAND GUAY / AFP)

Le Premier ministre a annoncé la fermeture pour quinze jours des établissements scolaires dans les communes de ces deux départements. La France compte 190 cas de contamination de plus que jeudi soir.

L'épidémie de coronavirus a fait deux nouveaux morts et 190 nouveaux cas de contamination ont été confirmés, a annoncé vendredi 6 mars le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon. Selon un décompte arrêté à 15 heures, il y a désormais 613 personnes infectées et neuf d'entre elles ont perdu la vie. En outre, 39 personnes se trouvent dans un état grave, en réanimation. Toutes les régions de France métropolitaine sont désormais concernées par l'épidémie, ainsi que la Guadeloupe, la Guyane et la Martinique. Le pays reste pour l'instant au stade 2 de son plan de lutte contre l'épidémie.

 Les établissements scolaires fermés pour deux semaines. Le Premier ministre, Edouard Philippe, a annoncé un renforcement des mesures de précaution dans deux départements particulièrement concernés par le coronavirus : l'Oise et le Haut-Rhin. Ainsi, le gouvernement a décidé la fermeture, dès lundi et pour une durée de quinze jours, des crèches, écoles élémentaires, collèges et lycées dans les communes de ces deux départements.

Strasbourg-PSG reporté. Le match de Ligue 1 Strasbourg-Paris SG, prévu samedi à 17h30, à été reporté, a annoncé la Ligue de football professionnel (LFP), conformément à une décision préfectorale. "La venue de 26 000 spectateurs dans le stade de la Meinau, dont un quart venant du département du Haut-Rhin, est un facteur susceptible de favoriser la propagation du COVID-19", a justifié la préfecture du Bas-Rhin dans un communiqué.

Plan blanc et plan bleu déclenchés. En parallèle des annonces d'Edouard Philippe et de Jérôme Salomon vendredi soir, le ministre de la Santé a annoncé le déclenchement du plan blanc dans l'ensemble des hôpitaux et cliniques du pays et du plan bleu dans tous les Ehpad.

Les pharmacies autorisées à fabriquer leur gel hydroalcoolique. Les pharmaciens vont pouvoir produire eux-mêmes du gel hydroalcoolique, a fait savoir Olivier Véran. "Les représentants du secteur nous disent être capables de produire jusqu'à 2 millions de doses par jour", a-t-il précisé. Cette autorisation s'accompagnera "d'un contrôle des prix".

Une forte hausse dans le Haut-Rhin. "Nous sommes arrivés au stade 2 renforcé dans le département." Le préfet du Haut-Rhin a annoncé vendredi une série de mesures pour faire face à la forte hausse du nombre de cas de coronavirus, passé de 10 à 81 en deux jours. Une centaine d'établissements scolaires vont fermer et les rassemblements publics de plus de cinquante personnes sont interdits.

197 morts en Italie. L'épidémie de coronavirus ne faiblit pas en Italie. La protection civile a annoncé, vendredi 6 mars, 49 nouveaux décès dus au Covid-19, portant le total à 197 morts depuis le début de l'épidémie. Il s'agit de la plus forte progression quotidienne depuis l'apparition de la maladie dans la péninsule. Le nombre de personnes contaminées en Italie a atteint 4 636 contre 3 858 jeudi, soit une agmentation de 778 cas en vingt-quatre heures.

 "Il faut pouvoir tenir", prévient Macron. En visite dans une maison de retraite à Paris, le président de la République a estimé que "des mesures très contraignantes" comme la fermeture généralisée des écoles en raison de l'épidémie de coronavirus "ne seraient pas tenables dans la durée". Cela bloquerait notamment une partie du personnel soignant chez lui pour garder ses enfants. "Il faut éviter au maximum de visiter nos anciens", a par ailleurs déclaré Emmanuel Macron.

Le Vatican touché à son tour. La cité papale a annoncé avoir identifié un premier cas positif, jeudi, dans son petit centre médical. L'établissement a annoncé sa fermeture provisoire pour désinfection, en laissant toutefois les urgences ouvertes.

 L'OMS durcit le ton. "Ce n'est pas un exercice." Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé a accusé, jeudi, une "longue liste" de pays de ne pas en faire assez pour combattre le coronavirus. "Ce n'est pas le moment d'abandonner, ce n'est pas le moment de trouver des excuses, c'est le moment d'y aller à fond", a-t-il plaidé, sans nommer les pays visés. 

Le Parlement européen évite Strasbourg. La plénière de mars, la semaine prochaine, aura finalement lieu à Bruxelles et non à Strasbourg, en raison de la propagation du coronavirus. "Les risques pour la santé sont considérés comme nettement plus élevés" à Strasbourg, a expliqué, jeudi, le président du Parlement européen, sur la base d'un rapport médical interne. 

De premiers cas à l'Assemblée. Un député LR du Haut-Rhin a été testé positif au coronavirus Covid-19. Le président de l'Assemblée nationale précise que le député est "actuellement hospitalisé en réanimation". Richard Ferrand ajoute qu'un salarié de la buvette des députés a également été infecté et désormais confiné à domicile. Un autre salarié, qui travaille au restaurant des députés, est en suspection d'infection et hospitalisé. "Quatre autres personnes ont effectué un signalement et sont actuellement prises en charge par les services de santé en vue d’un dépistage", affirme l'Assemblée nationale, annonçant le début d'une "enquête épidémiologique".

Vous êtes à nouveau en ligne