Coronavirus : le Premier ministre s'oppose toujours à l'ouverture des parcs parisiens

Le parc des Buttes-Chaumont, à Paris, le 21 mai 2020.
Le parc des Buttes-Chaumont, à Paris, le 21 mai 2020. (AMAURY CORNU / HANS LUCAS / AFP)

Le Premier ministre, Edouard Philippe, a écrit à la maire de Paris pour lui réaffirmer qu'"il n'est pas envisageable, à ce stade, d'autoriser l'ouverture des parcs et jardins" en Ile-de-France.

Le gouvernement reste opposé à la réouverture au public des parcs et jardins parisiens, fermés pour cause de coronavirus, que réclame la maire Anne Hidalgo, selon un courrier du Premier ministre Edouard Philippe que l'AFP a pu consulter vendredi 22 mai. "L'Ile-de-France étant, dans son ensemble, classée dans cette catégorie [rouge], il n'est pas envisageable, à ce stade, d'y autoriser l'ouverture des parcs et jardins", écrit le chef du gouvernement à l'édile PS dans cette lettre datée de mercredi.


L'Amérique du Sud,"un nouvel épicentre" de la pandémie."Nous voyons le nombre de cas augmenter dans de nombreux pays sud-américains. L'inquiétude concerne beaucoup de ces pays mais, clairement, le plus affecté à ce stade est le Brésil", a déclaré le responsable des situations d'urgence de l'OMS, Michael Ryan, lors d'une conférence virtuelle depuis Genève.

La prochaine édition du sommet "One Planet Summit" en France. Parce que "protéger les écosystèmes permet de prévenir l'apparition d'épidémies" comme celle du coronavirus, Emmanuel Macron annonce que la France organisera la prochaine édition du sommet le 11 janvier prochain, à Marseille.

Une quarantaine obligatoire bientôt au Royaume-Uni. Afin de limiter la propagation du coronavirus, Londres va imposer quatorze jours de quarantaine aux voyageurs arrivant de l'étranger. C'est ce que doit annoncer le 10 Downing Street, vendredi 22 mai, dans l'après-midi. Selon Sky News, la mesure sera effective dès début juin. Le voyageur qui ne respecte pas la mesure s'expose à une amende de 1 100 euros (1 000 livres). 

Un long week-end sous surveillance. La tentation est grande de vouloir profiter du soleil, à l'occasion du long pont de l'Ascension. Sur le littoral méditerranéen notamment, plages et plans d'eau ont continué à rouvrir, le plus souvent en "mode dynamique" : pas question de s'allonger pour bronzer ou de faire des châteaux de sable. A l'inverse, certains sites ont dû être fermés à la hâte pour non-respect des règles sanitaires. C'est le cas des routes d'accès aux randonnées dans le massif de la Chartreuse, dans les Alpes.

Vous êtes à nouveau en ligne