REPLAY. Face au coronavirus, "nous sommes en guerre", déclare Emmanuel Macron. Regardez l'intégralité de l'allocution du président de la République

franceinfo

Le dernier bilan, dimanche soir, faisait état de 127 morts et 5 423 personnes testées positives, soit 36 morts et plus de 900 cas diagnostiqués supplémentaires en 24 heures.

Annonces présidentielles, acte 2. Emmanuel Macron s'est adressé de nouveau aux Français, lundi 16 mars, après avoir réuni un Conseil de défense face à l'accélération de l'épidémie de coronavirus. Confinement, report des municipales, réformes suspendues, fermeture des frontières Schengen, mesures pour soutenir les entreprises ou encore construction d'un hôpital de campagne en Alsace... Le président de la République a annoncé une série de mesures fortes pour les citoyens ainsi que pour les entreprises.

"Dès demain midi et pour 15 jours au moins nos déplacements seront fortement réduits", a annoncé le président de la République au début de sa prise de parole. Et ce pour "limiter au maximum les contacts" et lutter contre l'expansion du coronavirus, a expliqué Emmanuel Macron. Une mesure inédite dans l'histoire récente de la France, adoptée parce que le pays "est en guerre" contre la pandémie du coronavirus.

"Jamais la France n'avait eu à prendre de telles décisions par temps de paix", a lancé le président dans sa seconde allocution solennelle en cinq jours, soulignant que "nul ne peut savoir" combien de temps va durer l'épidémie. Il ne sera ainsi plus possible de "retrouver ses amis ou aller au parc", et "seuls doivent demeurer les transports absolument nécessaires", "pour se soigner", faire ses courses ou encore "aller au travail quand le travail à distance n'est pas possible", a détaillé le chef de l'Etat. "Toute infraction à ces règles sera sanctionnée", a-t-il averti.

Le report du second tour des élections municipales et des mesures de soutien à l'économie

Emmanuel Macron a également annoncé le report du second tour des élections municipales, sans confirmé la date du 21 juin, évoquée par plusieurs responsables politiques dans l'après-midi.

Parmi les autres décisions annoncées au cours de cette allocution de 20 minutes, figure la suspension de "toutes les réformes en cours", à commencer par celle des retraites, et des mesures de soutien à l'économie. Il a ainsi une garantie des prêts bancaires accordés aux entreprises à hauteur de 300 milliards d'euros, ainsi qu'un "dispositif exceptionnel de report de charges fiscales et sociales, de soutien ou report d'échéances bancaires et de garanties de l'Etat à hauteur de 300 milliards d'euros pour tous les prêts bancaires contractés auprès des banques".

Les loyers et les factures d'eau, de gaz et d'électricité "devront être suspendus" pour les plus petites entreprises qui rencontrent "des difficultés", a-t-il également annoncé. Ces entreprises n'auront "rien à débourser ni pour les impôts, ni pour les cotisations sociales", a-t-il ajouté, en annonçant qu'un fonds de solidarité "pour les entrepreneurs, commerçants, artisans" serait créé et "abondé par l'Etat".

Vous êtes à nouveau en ligne