Quelque 20% des lits en réanimation occupés par des malades du Covid-19

Un drive de prélèvement pour les tests de dépistage du coronavirus à Lorient (Morbihan), le 17 septembre 2020. 
Un drive de prélèvement pour les tests de dépistage du coronavirus à Lorient (Morbihan), le 17 septembre 2020.  (MAUD DUPUY / HANS LUCAS / AFP)

Aurélien Rousseau, le directeur général de l'agence régionale de santé (ARS), a indiqué sur Europe 1 s'attendre à "une forte tension dans 15 jours/3 semaines".

L'épidémie de Covid-19 progresse fortement sur le territoire français. Environ 20% des lits en réanimation sont occupés par des patients atteint du Covid-19 en Île-de-France, a indiqué sur Europe 1 samedi 19 septembre Aurélien Rousseau, le directeur général de l'agence régionale de santé (ARS), qui s'attend à "une forte tension dans 15 jours/3 semaines".

Si la progression est "lente", "ce sont des chiffres importants", estime-t-il, avec encore 27 nouveaux patients admis en réanimation la veille. Il précise aussi que dès lundi, 20 nouveaux centres de dépistage seront ouverts dans la région : deux par département et 6 à Paris "vu la densité".

Record du nombre de cas détectés en Allemagne et en France. L'Allemagne a enregistré samedi son nombre quotidien de nouveaux cas de coronavirus le plus élevé depuis avril, avec 2 297 nouvelles infections. En France, vendredi, 13 215 nouveaux cas ont été détectés en 24 heures, un nouveau record depuis le lancement des tests à grande échelle dans le pays.

Les Journées du patrimoine en partie annulées. En raison de l'aggravation de la situation sanitaire, plus de 1 500 évènements des Journées du patrimoine ont dû être annulés dans 400 lieux. Les Bouches-du-Rhône, la Guadeloupe, la métropole lilloise, Nice, Bordeaux, Saint-Etienne, Firminy, Ajaccio, Maubeuge, Dunkerque, Boulogne ont renoncé à ouvrir leurs monuments. A Paris, l'Elysée ouvrira ses portes ce week-end mais à un public réduit à 2 500 personnes par jour, soit près de trois fois moins que l'an dernier.

Mesures drastiques dans la région de Madrid. Epicentre de l'épidémie en Espagne, la région de Madrid impose des restrictions drastiques à partir de lundi. Quelque 858 000 personnes, soit 13% de la population de l'agglomération madrilène, habitant dans les quartiers sud défavorisés, ne pourront sortir de leur quartier que pour des raisons de première nécessité comme travailler, aller chez le médecin ou amener les enfants à l'école.

Vous êtes à nouveau en ligne