Reprise des sports de combat : "On fera des échauffements à distance", explique le président de la Fédération française de judo

Un judoka avec une ceinture noire lors d\'une séance d\'entraînement avant les Jeux olympiques à l\'Institut national du sport et de l\'éducation physique (Insep) à Paris, le 11 mai 2012. 
Un judoka avec une ceinture noire lors d'une séance d'entraînement avant les Jeux olympiques à l'Institut national du sport et de l'éducation physique (Insep) à Paris, le 11 mai 2012.  (FRANCK FIFE / AFP)

Les combats se dérouleront "après s'être nettoyé les mains et les pieds", précise également Jean-Luc Rougé le président de la Fédération française de judo.

"Comme les lieux confinés sont dangereux, on ouvrira toutes les fenêtres dès que c'est possible", "on fera les échauffements à distance" et les phases de combat se dérouleront "après s'être nettoyé les mains et les pieds", détaille dimanche 12 juillet sur franceinfo le président de la Fédération française de judo Jean-Luc Rougé, alors que la pratique des sports de combat est à nouveau autorisée. Il n'y aura "pas de vestiaires", précise aussi le président de la fédération qui compte 500 000 licenciés.

Les judokas retrouvent les tatamis

Dans les clubs, les cours reprendront "un peu plus tôt", "vers le 25 août", afin de pouvoir rattraper les passages de ceinture qui n'ont pas pu avoir lieu à cause de l'épidémie. "Il y a beaucoup de jeunes qui sont très déçus de ne pas avoir eu leur passage de ceinture en fin de saison", confie Jean-Luc Rougé.

Pour le président de la Fédération française de judo, "c'est au niveau mondial qu'on risque d'avoir des problèmes", avec la reprise des compétitions. "On va essayer de faire attention aux mélanges de population", car "on n'est pas tous au même niveau de développement du virus", souligne-t-il, "on va travailler sur des tests".

Vous êtes à nouveau en ligne