Covid-19 : le variant B.1.617, identifié en Inde, fait son apparition au Brésil

Un membre du personnel de santé lors d\'une opération de tests rapides, le 18 juin 2020 à Sao Paulo (Brésil).
Un membre du personnel de santé lors d'une opération de tests rapides, le 18 juin 2020 à Sao Paulo (Brésil). (FERNANDA LUZ / AGIF / AFP)

Il a été détecté sur six membres d'équipage arrivés à bord d'un bateau battant pavillon de Hong Kong dans le nord-est du pays.

Il a traversé l'océan. Le variant B.1.617, identifié en Inde, a fait son apparition au Brésil, pays durement frappé par le Covid-19. Il a été détecté sur six membres d'équipage arrivés à bord d'un bateau battant pavillon de Hong Kong dans le nord-est du pays, a annoncé jeudi 20 mai le ministère de la Santé de l'Etat du Maranhao. Des tests "ont révélé la présence du variant (...) sur des prélèvements effectués sur des membres d'équipage du MV Shandong Da Zhi", partis d'Afrique du Sud, a précisé ministère, ajoutant qu'"à ce stade aucune transmission locale" du variant "n'a été décelée". 

 Un accord sur le pass sanitaire européen. Les eurodéputés et les Etats membres ont trouvé, jeudi, un accord sur le certificat sanitaire européen, destiné à faciliter les voyages dans l'Union européenne cet été malgré la pandémie de Covid-19. Sa mise en œuvre pourrait intervenir avant la fin juin, selon des sources européennes auprès de l'AFP. Les représentants du Parlement européen et des Vingt-Sept sont parvenus à un compromis au terme d'une quatrième séance de négociations. 

 La vaccination ouverte à tous les adultes dès le 31 mai. Le gouvernement "accélère encore". Le Premier ministre, Jean Castex, a annoncé, jeudi, que l'ouverture de la vaccination à tous les adultes sans condition d'âge ou d'état de santé, initialement prévue le 15 juin, aurait lieu dès le 31 mai. Pour l'heure, seuls des rendez-vous vacants le jour même ou le lendemain peuvent être réservés par les personnes non prioritaires. 

Les professions prioritaires concernées dès lundi. Le chef du gouvernement a précisé que l'ouverture de la vaccination à toutes les personnes exerçant une profession prioritaire aurait lieu dès lundi, avec "des créneaux ou des centres spécialisés". Sont notamment concernés les enseignants, les membres des forces de l'ordre ou encore les caissiers du secteur de l'alimentaire. Jusqu'ici, seules les personnes de plus de 55 ans exerçant ces professions pouvaient recevoir une injection via des créneaux dédiés.

L'exécutif veut un déconfinement "responsable". Jean Castex a lancé un "appel à la responsabilité" des Français, jeudi matin, à Blois (Loir-et-Cher), face à l'"engouement" du public qui s'est massé sur les terrasses, la veille, avec quelques débordements à la clé, notamment à Rennes (Ille-et-Vilaine). "Personne ne veut fermer les terrasses, ce n'est pas l'objectif. L'objectif, c'est d'y arriver, on va y arriver, ça suppose une discipline collective, c'est à notre portée", a-t-il ajouté.

Le port du masque ? Au moins "jusqu'à fin juin"C'est la réponse que le président de la République a apportée à un homme qui lui posait cette question, mercredi, lors d'un déplacement dans l'Aube. "Après, on verra, a-t-il ajouté. Là, il faut rester prudent parce qu'il y a encore du virus qui tourne." 

L'OMS appelle à éviter de se rendre à l'étranger. Même si l'épidémie de Covid-19 s'améliore en Europe, l'Organisation mondiale de la santé a recommandé, jeudi, d'éviter au maximum les voyages internationaux. Selon le directeur de l'OMS Europe, il s'agit de faire "face à une menace persistante et à de nouvelles incertitudes", notamment celles liées au nouveau variant préoccupant décelé d'abord en Inde. Les vaccins actuellement disponibles et approuvés sont jusqu'à présent efficaces contre "tous les variants du virus", a toutefois assuré l'OMS, sans préciser la liste des vaccins évoqués.

La décrue de l'épidémie se poursuit. Le nombre de malades du Covid-19 dans les services de soins critiques (qui comprend ceux de réanimation) a poursuivi sa baisse, mercredi, selon les chiffres de Santé publique France. Il passe sous la barre des 4 000, à 3 862. Le nombre d'hospitalisations dans son ensemble continue également de décroître à 21 347, contre 22 058, la veille, au plus bas depuis la fin octobre 2020.

Vous êtes à nouveau en ligne