Déconfinement : en terrasse ou au cinéma, la France profite d'un premier souffle de liberté

Les clients d\'un café en terrasse, à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 19 mai 2021.
Les clients d'un café en terrasse, à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 19 mai 2021. (NICOLAS TUCAT / AFP)

Malgré les averses, voire la grêle qui ont arrosé une partie de la France, les terrasses ont retrouvé leur clientèle.

Des rires en terrasse, une séance de cinéma ou une visite au musée... Après six mois de fermeture et un hiver gâché par le Covid-19, la France a retrouvé mercredi 19 mai une partie de ses loisirs et un peu de liberté, sur fond de recul de l'épidémie. Malgré les averses, voire la grêle, qui ont arrosé une partie de la France, les terrasses ont retrouvé leur clientèle, et les cinémas leurs spectateurs. La Fédération nationale des cinémas français table sur 200 000 entrées, soit le double d'un mercredi normal. Les commerces peuvent aussi remonter leur rideau mais dans la limite d'un client pour 8 m2. 

La décrue de l'épidémie se poursuit. Le nombre de malades du Covid-19 dans les services de réanimation a poursuivi sa baisse, mercredi, selon les chiffres de Santé publique France. Il passe sous la barre des 4 000, à 3 862. Au plus bas depuis la fin octobre 2020, le nombre d'hospitalisations dans son ensemble continue également de décroître, passant à 21 347, contre 22 058 la veille.

  Une toile pour le chef du gouvernement. Jean Castex a assisté à la projection du film Slalom dans un cinéma parisien, mercredi 19 mai, au premier jour de la réouverture des salles. Le Premier ministre, accompagné de la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, a exprimé sa "fierté" d'avoir soutenu les exploitants de salles. Le président de la Fédération nationale des cinémas français, Richard Patry, a expliqué à Jean Castex que, sur l'ensemble de l'Hexagone, "on pense qu'on va faire 200 000 entrées (mercredi), soit deux fois plus qu'un mercredi traditionnel : les Français ont formidablement envie de retourner au ciné"

  Les discothèques s'estiment victimes de "discrimination". Au premier jour de la phase 2 du déconfinement, mercredi, certains attendent toujours leur tour. S'estimant victimes de "discrimination", des représentants des discothèques ont plaidé leur cause, mercredi 19 mai, devant le Conseil d'Etat, pour que ces établissements soient intégrés "en urgence" au plan du gouvernement et puissent rouvrir le 30 juin. La décision est attendue en début de semaine prochaine. 

La "page du Covid-19" tournée en fin d'année ? Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a esquissé un horizon à partir duquel il sera possible de "tourner la page du Covid-19" : "Je pense qu'en novembre ou décembre, au cœur de l'automne ou à l'approche de l'hiver, s'il n'y a pas eu de nouveaux variants (...), parce que nous aurons suffisamment vacciné et que nous ne voyons pas émerger de vague épidémique, alors nous pourrons véritablement considérer que la pandémie est derrière nous", a-t-il déclaré, mercredi, sur LCI. 

Le gouvernement en terrasse. Comme Emmanuel Macron, qui a profité d'un café tout en rappelant qu'il faut "rester prudent" même si les chiffres de l'épidémie "sont bien orientés", Jean Castex et plusieurs ministres se sont installés en terrasse, dans la matinée, pour saluer le premier jour de la deuxième étape du déconfinement. Tous ont tenu à le faire savoir sur les réseaux sociaux.

Vous êtes à nouveau en ligne