Coronavirus : Donald Trump défend le port du masque comme un geste "patriotique"

Le président américain Donald Trump porte un masque pour lutter contre la pandémie de Covid-19, le 11 juillet 2020 à Bethesda (Etats-Unis).
Le président américain Donald Trump porte un masque pour lutter contre la pandémie de Covid-19, le 11 juillet 2020 à Bethesda (Etats-Unis). (ALEX EDELMAN / AFP)

Le président américain a longtemps affiché une position ambiguë sur cette question sensible.

"Beaucoup de gens disent qu'il est patriotique de porter un masque quand il est impossible d'exercer la distanciation sociale. Et personne n'est aussi patriote que moi, votre président préféré". Dans un message au ton provocateur publié lundi 20 juillet sur son compte Twitter, Donald Trump a soutenu le port du masque face au coronavirus, après avoir longtemps affiché une position ambiguë sur cette question sensible. 

Vers un mieux en Mayenne. Selon le ministre de la Santé, en déplacement lundi dans ce département qui compte plusieurs foyers de contamination, la réduction de la positivité du nombre de tests au coronavirus est "une bonne nouvelle". "Sur 100 tests qu'on faisait, il y avait jusqu'à 8 à 9 tests positifs au début. Puis ça a été 5, et maintenant c'est 3", a indiqué Olivier Véran. "Ça veut dire qu'on augmente le nombre de tests et on en trouve moins statistiquement et proportionnellement. Ça ne veut pas dire que c'est derrière nous mais ça veut dire qu'on est en train de casser la courbe, et c'est ce qu'on cherche à faire", a-t-il ajouté. 

 De nouvelles restrictions en Espagne. Les autorités du pays continuent à réinstaurer des restrictions pour tenter de freiner le rebond de cas de nouveau coronavirus. La région de Murcie (sud-est) a ainsi décidé de fermer les discothèques ou bars de nuit sans terrasses. Les réunions de plus de 15 personnes sont également interdites. Cette région côtière a aussi annoncé la fermeture des centres de jour pour personnes âgées et des restrictions de visites dans certaines maisons de retraite, une mesure déjà annoncée ce week-end par le Pays basque (nord). 

Deux projets de vaccins produisent une réponse immunitaire importante. Ces essais britanniques et chinois ont également démontré leur sûreté pour les patients, selon les résultats publiés lundi dans la revue médicale britannique The Lancet. Le premier, développé par l'université d'Oxford en partenariat avec AstraZeneca, a généré "une forte réponse immunitaire" dans un essai sur plus de 1 000 patients, tandis que le second, soutenu par CanSino Biologics, a provoqué une forte réaction en terme d'anticorps dans un autre essai chez la plupart des quelque 500 participants. 

Les autorités du Grand Est appellent à la vigilance. Elles ont constaté ces derniers jours un certain relâchement et une augmentation du nombre de cas de Covid-19 dans la région, une des plus touchées par l'épidémie. "Un relâchement a été observé un peu partout. Le virus circule encore", a mis en garde la préfète du Grand Est, Josiane Chevalier. Celle-ci en a appelé "à la responsabilité individuelle : on ne réussira pas sans le civisme, la responsabilité de chacun". "Un confinement coûte 10 milliards d'euros par semaine, d'où l'importance de la prévention", a-t-elle ajouté. 

 

Vous êtes à nouveau en ligne