Coronavirus : "Il y a une forme d'adhésion assez générale", selon le maire d'Argelès-sur-Mer, l'un des premiers à avoir rendu le masque obligatoire dans les rues

La promenade du front de mer à Argelès-sur-Mer (Pyrénées-Orientales), le dimanche 2 août 2018.
La promenade du front de mer à Argelès-sur-Mer (Pyrénées-Orientales), le dimanche 2 août 2018. (NICOLAS PARENT / MAXPPP)

Pour cette première moitié de saison, le maire l'élu des Pyrénées-Orientales se veut d'ailleurs rassurant sur les chiffres du tourisme. "Beaucoup de clients étrangers ne sont pas venus, mais on voit plein de Français qui viennent chez nous cette année".

Depuis le 17 juillet, les masques sont obligatoires dans les rues les plus fréquentées par les touristes à Argelès-sur-Mer (Pyrénées-Orientales). Son maire, Antoine Parra, est l'un des premiers en France à avoir rendu le port du masque obligatoire en extérieur. "Très rapidement, tous les vacanciers ont remis le masque, c'était assez spectaculaire. Il y a une forme d'adhésion générale", explique-t-il lundi 3 août sur franceinfo. "Je crois que les Français ont été marqués par ces derniers mois, ils ont acquis une expérience et ils sont inquiets. Il suffit de leur rappeler que les gestes barrière sont toujours importants parce que le virus circule toujours", défend l'élu.

Pédagogie plutôt que sanction

Le maire divers gauche ne regrette pas du tout cette décision prise dès la mi-juillet, alors que plusieurs dizaines de communes ont depuis pris des arrêtés similaires. "Je me rends compte que j'ai eu raison parce que c'était le bon sens. Ça faisait partie de mon devoir pour protéger tout le monde, pour qu'ils rentrent chez eux en bonne santé", affirme Antoine Parra.

Avec les vacances, les soirées dans les bars, le beau temps, la vigilance était retombée alors il fallait remettre un grand coup. Les efforts faits aujourd'hui, on en tirera les bénéfices demain.Antoine Parra, maire d'Argelès-sur-Merà franceinfo

"Nous ne sommes pas là pour sanctionner, nous préférons la pédagogie", continue Antoine Parra, tout en indiquant que des amendes ont déjà été dressées. "Argelès-sur-Mer est une ville accueillante, nos policiers municipaux ne verbalisent pas systématiquement sauf s'il y a des récalcitrants."

Un début de saison touristique meilleure que prévu

Sur la plage en revanche, le masque n'a pas été rendu obligatoire. "Nous avons la chance d'avoir sept kilomètres de sable, donc il y a largement l'espace pour s'installer sur le sable en respectant les distances, justifie le maire d'Argelès-sur-Mer. Nous avons des équipes de prévention sur place, des animateurs qui aident les vacanciers à s'installer de manière confortable."

Pour cette première moitié de saison, le maire l'élu des Pyrénées-Orientales se veut d'ailleurs rassurant sur les chiffres du tourisme. "Beaucoup de clients étrangers ne sont pas venus, mais on voit plein de Français qui viennent chez nous cette année, donc ça compense un peu. On tire notre épingle du jeu. Cette saison est bien meilleure que ce qu'on aurait pu craindre."

Vous êtes à nouveau en ligne