Coronavirus : avec 17 morts et près de 2 700 contaminations en 24 heures, les indicateurs de l'épidémie en France continuent de se dégrader

Deux hommes portent un masque devant la tour Eiffel, à Paris, le 10 août 2020.
Deux hommes portent un masque devant la tour Eiffel, à Paris, le 10 août 2020. (MEHDI TAAMALLAH / NURPHOTO / AFP)

La direction générale de la santé a souligné jeudi un "nombre de personnes hospitalisées en augmentation depuis trois semaines, notamment chez les moins de 40 ans" en France métropolitaine.

Pas d'amélioration en vue. Les indicateurs de suivi de l'épidémie de Covid-19 en France "continuent de se dégrader", alerte jeudi 11 août la direction générale de la santé (DGS).

Le nombre de nouveaux cas confirmés "augmente régulièrement", avec 2 669 nouvelles contaminations dans les dernières 24 heures, contre 2 524 mercredi. En outre, l'augmentation des cas, entre le 3 et le 9 août, "est plus importante chez les 15-44 ans (+46%)" en métropole, relève l'instance dans son point hebdomadaire.

La DGS souligne encore un "nombre de personnes hospitalisées en augmentation depuis trois semaines, notamment chez les moins de 40 ans" en France métropolitaine dans sa note hebdomadaire. "En France métropolitaine, la situation est préoccupante", s'inquiète encore la DGS dans son analyse de la semaine dernière. En Guyane et à Mayotte, l'épidémie est "en régression mais toujours à un niveau de vulnérabilité élevée".

Hausse des admissions à l'hôpital

Au total, 30 388 personnes sont décédées en France (soit 17 de plus en 24 heures) dont 19 883 au sein des établissements hospitaliers et 10 505 en établissements sociaux et médico-sociaux (les derniers chiffres datant de mardi).

La DGS rapporte par ailleurs 201 admissions à l'hôpital en 24 heures, soit une hausse car il n'y en avait que 143 mentionnées en plus mercredi. En revanche, du côté de la réanimation, 374 malades sont comptabilisés (soit 5 de moins que mercredi). Les régions Ile-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes, Hauts-de-France et Grand Est regroupent 69% des malades en réanimation.

Vous êtes à nouveau en ligne