Déconfinement : rouvrir les écoles, un parcours du combattant

franceinfo

À Paris, seuls 15% des élèves seront accueillis à partir du 14 mai. La rentrée des classes post-confinement prend souvent des airs de veillée d’armes. Illustration dans le Cher.

À Saint-Just (Cher), depuis six semaines, Nathanaël fait l’école seul dans sa chambre loin de ses camarades et de ses professeurs. Il retournera en classe dès le 11 mai avec lavage des mains récurrent, sans contact physique. Séverine Poiraud, sa mère, est confiante. 24 élèves vont répondre présents sur les 46 que compte la commune. Le maire prépare la rentrée. "On a une semaine pour informer les parents, une semaine pour mobiliser tout le personnel communal et pouvoir leur donner de nouvelles missions, une semaine pour recevoir le virucide...", explique Stéphane Garcia.

"Situation aberrante"

Quatre mètres carrés par élève en classe, lavage régulier des mains, ménage et désinfection des locaux deux fois par jour... Certains professeurs des écoles contestent une rentrée des classes le 11 mai. "On rentre, mais, pédagogiquement, que va-t-on faire ? C’est une situation aberrante", se demande Estelle Lauverjat-Crépin, enseignante et co-secrétaire SNUIPP-FSU du Cher. À partir de lundi, les enfants volontaires ne seront que 15 maximum par classe.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne