Déconfinement : "On sera capable de maintenir et d'amplifier les prestations" de services à la personne en toute sécurité, indique le PDG du groupe Oui Care

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Guillaume Richard, PDG du groupe Oui Care, le numéro un des services à domicile à la personne en France, affirme que les prestations seront amplifiées "en appliquant des règles de sécurité pour garantir une protection à nos salariés et à nos clients".

À l'approche du déconfinement, Edouard Philippe a déclaré que la vie économique devait reprendre impérativement et rapidement. "En période de déconfinement, on sera capable de maintenir et d'amplifier les prestations", a affirmé Guillaume Richard, le PDG du groupe Oui Care, le numéro un des services à domicile à la personne en France. Les prestations seront amplifiées "en appliquant des règles de sécurité pour garantir une protection à nos salariés et à nos clients", assure Guillaume Richard, l'invité éco de franceinfo du lundi 4 mai. Si tous ses salariés ne seront pas de retour chez les clients le 11 mai, le PDG de Oui Care certifie qu'ils travailleront en adaptant les différents niveaux de protection "en fonction des types de prestations".
 
franceinfo : Est-ce que vous avez continué à travailler normalement pendant toute la durée du confinement ?
 
Guillaume Richard : Même pendant la période de confinement, nous avons continué à travailler. D'abord, parce que nous intervenons auprès des personnes âgées ou handicapées, et elles ont impérativement besoin de nous. On avait des éléments de protection qui nous ont permis de continuer à intervenir dans la plupart des cas. Quand on n'avait pas les éléments de protection, bien évidemment, la priorité était la sécurité de nos collaborateurs. Et donc, on n'intervenait pas dans ces cas-là. Mais dans la plupart des cas, on avait les éléments de protection individuelle qui nous ont permis de maintenir ces prestations qui étaient indispensables pour nos clients. Et puis, pour les prestations de ménage ou encore le jardinage, on pouvait continuer à les effectuer en toute sécurité, à condition de respecter les gestes barrières et de distanciation. Donc, comme on était capable de faire ces prestations en période de confinement, évidemment en période de déconfinement on sera capable de maintenir et d'amplifier les prestations en ayant à la fois les éléments de protection individuelle pour nos collaborateurs et en appliquant des règles de sécurité pour garantir une protection à nos salariés ainsi qu'à nos clients.
 
Vous avez 18 000 salariés. Est-ce que vous êtes sûr qu'ils seront assez protégés quand ils vont retourner travailler ?
 
Oui, absolument. On a acheté beaucoup de matériel ou d'équipements de sécurité. On a différents niveaux en fonction des types de prestations. Quand on est sur des prestations de ménage ou sur des prestations de jardinage, on a juste des masques qui sont des masques lavables. Quand on intervient auprès des personnes âgées ou des enfants, cette fois, on a des masques chirurgicaux. Et puis, quand on est en présence de personnes qui ont eu le Covid-19 ou qui sont suspectées d'avoir le Covid-19, à ce moment-là, on a des masques FFP2 qui sont des masques de plus grande protection. On a aussi des gants ou des blouses, on a tous les équipements. L'élément principal pour un chef d'entreprise, c'est la protection de ses collaborateurs. Donc, ça a été très clair dès le départ et tout le temps. Si nous n'avons pas les éléments de protection, nous n'intervenons pas parce que nous ne pouvons pas mettre en danger la vie de nos collaborateurs.
 
Est-ce que tous vos salariés seront chez vos clients la semaine prochaine ?
 
Non, tous nos salariés ne seront pas chez nos clients parce que d'abord, il y aura certains de nos collaborateurs qui auront des difficultés pour faire garder leurs enfants. Même si nous proposons de la garde d'enfants, certains ne pourront pas parce que les écoles ne seront pas capables de prendre l'ensemble des enfants. Et puis, on a aussi des collaborateurs qui font partie des personnes à risques, qui ont des facteurs qui ne leur permettent pas de travailler. Donc, tous nos collaborateurs n'y seront pas. Ensuite, on a certains des clients qui ont encore aujourd'hui une certaine crainte et qui ne veulent pas que nous allions leur rendre visite. Donc, on essaiera au maximum de recréer cette activité économique, parce qu'elle est absolument indispensable. Elle ne l'est pas juste pour que les entreprises fassent de l'argent et en gagnent. Elle est indispensable pour l'ensemble des Français. Parce qu'une entreprise ou une économie qui tourne, ce sont des emplois qui sont maintenus ou qui sont créés. Et ce sont aussi des richesses produites. Et pour financer ces systèmes de santé, c'est indispensable d'avoir des recettes fiscales. Et ces recettes fiscales sont générées par l'activité économique. Donc, c'est pour ça que c'est absolument indispensable. Il faut bien que tout le monde comprenne que, quand les entreprises appellent à reprendre l'activité, ce n'est pas pour s'en mettre plein les poches. C'est parce que cette activité économique génère des emplois, génère du lien social et génère des recettes fiscales qui permettent justement de dégager les 500 millions d'euros dont vient de parler Emmanuel Macron pour financer la recherche d'un vaccin contre le Covid-19.

Vous êtes à nouveau en ligne