Fonds de solidarité, annulation de loyers, secteurs prioritaires, chômage partiel : les mesures économiques du gouvernement pour accompagner le déconfinement

Bruno Le Maire, invité de France Inter le 9 mars 2020.
Bruno Le Maire, invité de France Inter le 9 mars 2020. (FRANCE INTER / RADIO FRANCE)

Bruno Le Maire, ministre de l'économie, invité de France Inter, lundi 4 mai, est revenu sur les différents dispositifs gouvernementaux pour soutenir l'économie française face à la crise du coronavirus. 

"Oui, il y aura des faillites. Je ne l'ai jamais caché. Il y aura des faillites dans certaines très petites entreprises. Il y aura des faillites dans les commerces. Nous le savons et nous devons nous préparer à affronter ces moments qui vont venir dans les prochains mois où les problèmes de trésorerie vont devenir pour beaucoup de chefs d'entreprise des problèmes de solvabilité", a déclaré Bruno Le Maire, invité de France Inter, lundi 4 mai, alors que les syndicats des bars, des cafés, des restaurants estiment qu'un quart des établissements ne rouvriront jamais après le déconfinement.

>> Coronavirus : suivez les conséquences de la crise sanitaire dans notre direct

Le plus dur est devant nous du point de vue économique, et va demander une mobilisation totale et nouvelle. Nous nous y préparons.Bruno Le Maireà France Inter

"Nous commençons déjà à travailler là-dessus pour accompagner le plus grand nombre de personnes et pour essayer de limiter le plus possible la casse économique et la casse sociale", continue Bruno Le Maire.

Un fonds de solidarité maintenu pour certains secteurs

"Je souhaite que tous les commerces puissent rouvrir le 11 mai prochain", a affirmé Bruno Le Maire. "Le fonds de solidarité sera maintenu jusqu'au 31 mai pour tous ceux qui y ont droit. Pour acheter des masques par exemple. Il sera également maintenu en juin pour tous ceux qui ne rouvriront pas le 11 mai, les restaurants, les bars, le monde de la culture."

Ce fonds sera également maintenu après le 1er juin pour tous ceux qui ne rouvriront pas le 11 mai, "les restaurants, les bars", mais aussi "dans l'événementiel, le monde de la culture", ajoute Bruno le Maire. "L'État continuera à les accompagner, on ne va pas laisser tomber les gens." Concernant la date de réouverture de ce type de "lieux de convivialité", le ministre de l'Économie assure "qu'à partir de la fin mai" une date sera annoncée. "Ce calendrier sera tenu. On continue à travailler sur le guide de bonnes pratiques pour ces lieux de convivialité où il faut le respect des règles sanitaires et de distance. Tout le secteur est mobilisé et nous allons y arriver."

Des aides ciblées sur certains secteurs économiques

Pour éviter des licenciements en masse, le ministre de l'Economie a identifié "au moins" trois secteurs "les plus fragiles", à savoir le tourisme, l'industrie aéronautique et l'industrie automobile. Pour l'industrie aéronautique qui représente "des centaines de milliers d'emplois", Bruno Le Maire propose de commencer à réfléchir à un plan de soutien dès cette semaine, en créant un éventuel fonds d'investissements.

Le ministre propose de réfléchir aussi à un plan de soutien pour l'industrie automobile, "qui pourrait passer par des soutiens à la consommation pour des véhicules propres", ce qui permettrait de relancer l'économie tout en nous orientant vers "une économie décarbonée", une "économie qui soit à la pointe de la technologie".

Le paiement des loyers élargi aux indépendants

Il faut que les commerces qui ont fermé pendant cette période de confinement "n'aient pas à payer les loyers", a assuré Bruno Le Maire. Deux possibilités s'offrent donc aux commerçants et indépendants."Soit votre loyer est payé à une grande foncière et elles se sont engagées à annuler les loyers sur trois mois pour toutes les TPE (très petites entreprises) de moins de 10 salariés", rappelle d'abord Bruno Le Maire. Pour les autres, "elles peuvent bénéficier du fonds de solidarité dont le deuxième étage va jusqu'à 5 000 euros et permet de financer votre loyer", ajoute le ministre.

Nous avons décidé que tous les indépendants qui n'ont pas de salarié pourront avoir accès à ce deuxième étage du fonds de solidarité pour payer leur loyer.Bruno Le Maireà franceinfo

Les entrepreneurs ou les indépendants sans salarié, normalement non-éligibles à cette aide, le sont désormais, annonce Bruno le Maire. 

Le chômage partiel maintenu pour les secteurs fermés

Bruno Le Maire estime que "le chômage partiel doit baisser massivement", alors qu'à partir du 1er juin les parents devront avoir une attestation prouvant que l'école de leur enfant est fermée pour en bénéficier. En revanche, le chômage partiel "va être maintenu intégralement" pour les secteurs encore fermés après le déconfinement.

"Le chômage partiel n'est pas un dispositif durable fait pour se substituer au travail, se substituer à l'activité. La France a besoin de travail. La France a besoin d'activité. Notre pays a besoin de retrouver une activité économique forte", déclare le ministre.

Nous allons, avec la ministre du Travail Muriel Pénicaud, proposer une évolution du dispositif à partir du 1er juin. Cette évolution devra évidemment être très progressive. Il s'agit d'encourager, de favoriser le retour du travail. Il ne s'agit pas de pénaliser qui que ce soit", assure le ministre.Bruno Le Maireà France Inter

Bruno Le Maire promet, en revanche, que "le chômage partiel va être maintenu intégralement pour tous les secteurs qui vont continuer à être fermés" après le déconfinement, tels que les bars, les restaurants et les activités culturelles.

Vous êtes à nouveau en ligne