Déconfinement : écoles, transports, masques… Ce qu'il faut retenir des annonces d'Edouard Philippe pour le 11 mai

Le premier ministre Edouard Philippe s\'exprime à l\'Assemblée le 28 avril.
Le premier ministre Edouard Philippe s'exprime à l'Assemblée le 28 avril. (DAVID NIVIERE / AFP)

Le Premier ministre a donné, mardi, les grandes lignes de la levée progressive du confinement.

Son discours était très attendu. Le Premier ministre, Edouard Philippe, a présenté, mardi 28 avril à l'Assemblée nationale, son plan pour sortir progressivement du confinement décrété à la mi-mars pour lutter contre l'épidémie de coronavirus.

>> Déconfinement : suivez en direct les débats liés à la présentation du plan d'Edouard Philippe

Il a dévoilé les grandes règles à appliquer dans six domaines clés à partir du 11 mai : écoles, commerces, entreprises, masques, tests-isolement des malades et rassemblements, en sachant que "nous allons devoir vivre avec le virus"Passage en revue des principales annonces.

Le port du masque imposé dans "certaines situations"

"A partir du moment où nous ne serons plus en situation de confinement, le respect des gestes barrières et de la distanciation sociale prendra plus d'importance. A cela, il conviendra d'ajouter le port du masque dans certaines situations", a déclaré le Premier ministre, qui a reconnu une phase de "pénurie". "La question des masques a suscité l'incompréhension et la colère des Français", a-t-il admis.

"Il y aura assez de masques dans le pays pour faire face aux besoins à partir du 11 mai", a-t-il assuré. Il a demandé aux entreprises d'équiper en masques leurs salariés, et a promis qu'on pourrait en acheter dans les commerces. "Les pharmacies et la grande distribution seront invitées à vendre des masques jetables ou lavables", a-t-il souligné.

Les tests virologiques seront "massifiés" et "remboursés à 100%"

"A la sortie du confinement, nous serons en capacité de massifier les tests avec 700 000 tests virologiques par semaine au 11 mai", a promis Edouard Philippe.

"Nous allons faire passer à 100% la prise en charge de ces tests par l'Assurance maladie", a-t-il également assuré, avant de détailler la politique qui sera suivie.  Lorsqu'une personne "aura été testée positive", a-t-il expliqué, "tous ses cas contacts seront testés et invités à s'isoler, compte tenu des incertitudes sur la durée d'incubation".  Cet isolement pourra se dérouler à domicile ou dans un hôtel. "L'objectif final de cette politique est de permettre d'isoler au plus vite les porteurs du virus afin de casser les chaînes de transmission. L'isolement n'est pas une punition, c'est une mise à l'abri. Il doit donc être expliqué, consenti et accompagné. Notre objectif est de nous reposer largement sur le civisme de chacun. Il reviendra au préfet de définir les plans d'accompagnement des personnes à isoler."

Une phase de transition du 11 mai au 2 juin

"Si les indicateurs ne sont pas au rendez-vous, nous ne déconfinerons pas le 11 mai", a aussi prévenu Edouard Philippe en mettant en garde contre la tentation du "relâchement".

"Mais, si tout est prêt pour le déconfinement le 11 mai, alors commencera une phase qui durera jusqu'au 2 juin". 

Une réouverture progressive des maternelles et élémentaires à partir du 11 mai

"Nous proposons une réouverture très progressive des maternelles et écoles élémentaires à partir du 11 mai, partout sur le territoire et sur la base du volontariat. Dans un deuxième temps, à compter du 18 mai, mais seulement dans les départements où la circulation du virus est très faible, nous pourrons envisager d'ouvrir les collèges, en commençant par la sixième et la cinquième. Nous déciderons fin mai si nous pouvons rouvrir les lycées, en commençant par les lycées professionnels, début juin", a déclaré le chef du gouvernement.

Il a ensuite expliqué les grandes règles : "Les classes commenceront dans des conditions sanitaires strictes : pas plus de 15 élèves par classe. Tous les enseignants et encadrants recevront des masques. Le port des masques n'est pas recommandé à l'école élémentaire, mais il y aura des masques pédiatriques" utilisables dans le cas où un enfant présenterait des symptômes. En revanche, "nous fournirons des masques aux collégiens qui peuvent en porter et qui n'auraient pas réussi à s'en procurer".

Les crèches rouvertes par groupes de "10 enfants maximum"

"Les crèches seront également rouvertes, par groupes de 10 enfants maximum", mais "avec la possibilité d'accueillir plusieurs groupes de 10 enfants si l'espace le permet et si les conditions sont réunies pour que les groupes ne se croisent pas", a expliqué Edouard Philippe. "Le port du masque grand public sera obligatoire pour les professionnels de la petite enfance puisque les règles de distanciation physique ne peuvent pas y être appliquées. Bien sûr, il n'y aura pas de port du masque pour les enfants de moins de 3 ans."

Le télétravail doit être maintenu "partout où c'est possible"

Comment le travail va-t-il reprendre pour ceux qui ont dû interrompre leur activité pendant le confinement ? "Le télétravail doit être maintenu partout où c'est possible, au moins dans les trois premières semaines. Il n'y a pas sur ce sujet un avant et un après 11 mai", a insisté le Premier ministre.

Edouard Philippe a prôné, là où c'est possible, "des horaires décalés" pour éviter qu'il y ait trop de monde à la fois dans les entreprises. Il a demandé "le port du masque" sur les lieux de travail partout où la distanciation physique n'est pas possible. "Le dispositif d'activité partielle, qui est un des plus généreux d'Europe, restera en place jusqu'au 1er juin, a-t-il déclaré. Il nous faudra ensuite l'adapter progressivement, afin d'accompagner la reprise d'activité si l'épidémie est maîtrisée." 

Les commerces pourront rouvrir le 11 mai, sauf les cafés et restaurants

"Les commerces rouvriront également à partir du 11 mai. Tous, sauf les cafés et les restaurants, pourront rouvrir à partir du 11 mai. Les marchés seront en général autorisés, sauf si les maires ou les préfets estiment qu'ils ne peuvent faire respecter les gestes barrières", a indiqué le Premier ministre.

Il a complété : "Les commerces devront respecter un cahier des charges strict (...) afin de faire respecter la règle de la distance minimale d'un mètre par personne sans contact autour d'elle. [Le commerçant] devra bien évidemment veiller à la protection de son personnel. Le port du masque grand public est recommandé pour les personnels et les clients lorsque les mesures de distanciation physique ne peuvent être garanties. Un commerçant pourra subordonner l'accès de son magasin au port du masque." Exceptions notables : "Les préfets pourront décider de ne pas laisser ouvrir les centres commerciaux de plus de 40 000 m²." Enfin, a-t-il conclu, "nous prendrons une décision sur les bars, cafés et restaurants fin mai, pour décider s'ils peuvent ouvrir après le 2 juin".

L'offre de transports et les déplacements resteront limités

"Il est certain que les trois semaines à venir seront difficiles. Le port du masque sera rendu obligatoire dans tous les transports. La capacité du métro parisien sera drastiquement réduite", a précisé Edouard Philippe, en indiquant que "70% de l'offre de la RATP sera disponible au 11 mai". "Nous voulons réduire les transports interrégionaux et interdépartementaux au maximum en limitant les déplacements aux seuls motifs professionnels ou familiaux impérieux. Donc nous allons continuer à réduire l'offre, à exiger une réservation obligatoire dans tous les trains, à décourager les déplacements entre départements. Ce n'est pas le moment de quitter son département pour partir en week-end", a-t-il aussi martelé.

Les attestations de déplacement vont disparaître au 11 mai pour les trajets de proximité. "Il sera à nouveau possible de circuler librement, sans attestation, sauf pour les déplacements à plus de 100 km du domicile, qui ne seront possibles que pour un motif impérieux, familial ou professionnel", a précisé Edouard Philippe.

Grands musées, cinémas, théâtres et une partie des parcs resteront fermés

L'offre de loisirs restera, elle aussi, limitée. "Les plages resteront inaccessibles au moins jusqu'au 1er juin. Les grands musées, les cinémas, les théâtres ne pourront pas rouvrir", a énuméré le Premier ministre. "Les parcs et jardins, si essentiels à l'équilibre de vie en ville, ne pourront ouvrir que dans les départements où le virus ne circule pas de façon active. Par mesure de précaution, les plages resteront inaccessibles au public au moins jusqu'au 1er juin. (…) Les bibliothèques et les petits musées pourront ouvrir leurs portes dès le 11 mai."

Du côté des sports, "la saison 2019-2020 de sport professionnel, notamment de football, ne pourra pas reprendre." Il n'y aura pas de cérémonies religieuses avant le 2 juin. "Quant aux rassemblements, ils seront limités à 10 personnes à partir du 11 mai."

Vous êtes à nouveau en ligne