Déconfinement : des réactions mitigées aux annonces de rentrée des classes

Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Éducation nationale, a apporté des précisions. Mais d'autres sont encore attendues, ce qui a entrainé des réactions de la classe politique.

Beaucoup de questions restent en suspens. Même si Jean-Michel Blanquer a donné un calendrier mardi 21 avril, il n'a donné que peu de précisions sur les moyens de garantir la sécurité sanitaire des élèves et des personnels. Auront-ils, par exemple, des masques ? Des tests seront-ils prévus ? Ces nombreuses interrogations, c'est ce que lui reprochent les différents responsables de l'opposition. Ils l'ont fait savoir dès mardi après-midi lors des questions au gouvernement à l'Assemblée.

Un saut dans le vide sans parachute

L'un deux a confié au journaliste du service politique de France Télévisions, Alexandre Peyrout, qu'il avait le sentiment qu'avec cette date du 11 mai, Emmanuel Macron avait fait sauter le gouvernement dans le vide sans leur expliquer comment on ouvre le parachute. Le ministre assure néanmoins que si les conditions de sécurité sanitaire n'étaient pas remplies, les établissements scolaires n'ouvriraient pas.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne