Dans le Loiret, les gîtes ont été pris d'assaut pour ce long week-end de l'Ascension

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Chaque jour avec le déconfinement, la France s’apprête à redémarrer, à reprendre une vie qui ne sera pas tout à fait comme avant. Tour d’horizon d’un pays qui repart, avec France Bleu.

Après deux mois à rester enfermés, entre quatre murs, ce long week-end de l’Ascension est une bouffée d’oxygène pour beaucoup de citadins. Et une aubaine, pour tous ceux qui tiennent des gîtes, et des maisons d’hôtes, dans un rayon de 100 km autour d’une grande ville comme Paris. Les hébergements dans le Loiret, au sud de la capitale, ont été pris d’assaut, c’est le cas du gîte de la Gervaise à Chilleurs-aux-Bois. Luc, le propriétaire, affiche complet jusqu’au 15 juin comme il l’a dit à France Bleu Orléans : "Depuis le 11 mai, on est extrêmement sollicités par des Parisiens essentiellement qui recherchent un endroit pour s'évader et profiter du grand air. On n'avait plus personne pendant deux mois, de réaccueillir du monde c'est vraiment un vrai plaisir. C'est vraiment l'accueil qui nous intéresse dans cette activité."

Si vous cherchez une idée, que dites-vous d’un safari sans quitter l’Auvergne ? Si vous avez la chance de vivre dans un rayon de 100km autour d’Ardes-sur-Couze, c’est possible. Ce petit village au Sud de Clermont-Ferrand accueille le Parc animalier d’Auvergne qui vient de rouvrir après deux mois d’arrêt. Et en deux mois, le parc s’est agrandi.

Beaucoup de nouveaux nés, raconte Clémence, l’une des soigneuses, au micro de France Bleu Pays-d’Auvergne : "On en a eu une bonne dizaine, ce matin on a eu un bébé alpaga. On a gardé toutes ces naissances pendant le confinement et là de pouvoir partager avec les visiteurs depuis lundi, c'est vraiment cool."

La pétanque, un moment convivial

Le bonheur et la liberté se trouvent parfois juste en bas de chez soi. C’est désormais possible de retrouver les copains pour partager une partie de pétanque comme à Limoges dans la Haute-Vienne où les boulistes sont heureux de se retrouver après deux mois sans avoir pu taquiner le cochonnet. Ça tire ! au micro de France Bleu Limousin : "Ça nous manquait un peu. Histoire de retrouver les copains dehors avec les boules, c'est tout !"

Tandis qu'un autre en profite pour se moquer : "Ce qui nous manquait, c'est qu'il perd toujours et c'est lui qui paie l'apéro !" Alors qu'un autre conclut : "Vous pouvez pas imaginer ce que cela fait du bien !" Mais attention, même avec les copains, il faut garder ses distances, jouer masqué,c’est mieux et surtout, chacun ramasse ses boules.

Vous êtes à nouveau en ligne