Crise : l'aéroport de Bordeaux déserté

Le secteur de l'aéronautique est particulièrement impacté par la crise de la Covid-19. Les avions sont restés cloués au sol pendant l'épidémie et les aéroports peinent à relancer leur activité, comme à Bordeaux (Gironde).

Des heures d'attente pour rien. Aucun client à l'horizon pour les taxis. L'aéroport de Bordeaux-Mérignac (Gironde) est déserté. Même depuis le déconfinement, il y a peu de voyageurs, et ils n'ont qu'un mot à la bouche : "vide". Beaucoup de cafés et magasins ont dû fermer, ou réduire leurs horaires. Les boutiques qui restent ouvertes sont rares. Le nombre de passagers s'est écroulé : - 79 % en juillet par rapport à l'année dernière, un coup d'arrêt pour l'aéroport.

Les hôtels aussi touchés

La surface du terminal dédiée aux low cost devait doubler, avec 169 millions d'euros sur la table, mais le projet est remis en cause. "J'estime qu'on va conserver environ 30 millions d'euros de travaux lancés ou qui vont commencer, mais malheureusement le reste est reporté à une date qui n'est pas connue aujourd'hui", avoue Patrick Seguin, président de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Bordeaux. Tout le tissu économique local souffre. Dans les hôtels avoisinant, l'activité a chuté de 30 % en moyenne.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne