Covid-19 : pouvez-vous être remboursé si vous comptiez voyager en Italie ?

Une passagère portant un masque sur le quai de la gare de Milan, en Italie, le 25 février 2020.
Une passagère portant un masque sur le quai de la gare de Milan, en Italie, le 25 février 2020. (ANDREAS SOLARO / AFP)

Face à l'épidémie de coronavirus qui se répand en Italie, de nombreux voyageurs cherchent à annuler leurs vacances dans ce pays. Mais que ce soit pour les billets d'avion ou pour les réservations hôtelières, ils risquent d'avoir du mal à y parvenir.

L'Italie, cinquième destination touristique mondiale, inquiète les vacanciers face à l'épidémie du coronavirus Covid-19. Les appels se multiplient par téléphone ou sur les réseaux sociaux auprès des compagnies aériennes. Un internaute interpelle par exemple Cdiscount pour savoir si les voyages en Italie en mars sont annulables. "Les assurances vont-elles prendre en charge les pertes ?", se demande un autre.

>> Covid-19 : le virus touche de plus en plus de pays, suivez la situation en direct

"Non", répond clairement sur franceinfo Jean-François Rial, PDG du voyagiste Voyageurs du monde. "Ça n’a aucun sens, c’est-à-dire qu’aujourd’hui, si vous allez en Italie du nord, vous n’allez pas aller dans les villages qui sont confinés", affirme-t-il. Il relativise tout de même le nombre de demandes d'annulations sur l'Italie. "Par ailleurs, bien sûr, si un client ne veut pas y aller, il ne sera pas remboursé mais bien sûr on est très souple. Mais globalement, ce n’est pas tellement ce qu’ils demandent", ajoute-t-il.

Quand vous avez quelqu’un qui a peur de façon irrationnelle, même s’il a tort rationnellement, vous n’allez pas lui imposer un calvaire, donc dans ce cas-là on l’envoie ailleurs.Jean-François Rialà franceinfo

Pour pouvoir être fondé à demander une annulation sans frais, il faut pouvoir justifier de circonstances exceptionnelles sur le lieu du séjour. À l'heure actuelle, seules les zones confinées peuvent répondre à ce critère, mais la situation est très évolutive.

Concernant les voyageurs individuels, la situation est tout aussi délicate, voire plus en ce qui concerne un éventuel remboursement ou un report. La plateforme Airbnb, pour les locations d'appartements, ne donne pas de réponse précise à ses clients et leur promet de les recontacter. Il s'agit donc à chaque fois d'une négociation individuelle qui dépendra du lieu exact du séjour et des circonstances au moment du départ. Là aussi, ceux qui veulent annuler ou reporter leur voyage en dehors des secteurs confinés risquent d'avoir à subir des frais.

Des mesures drastiques de quasi-interdiction ?

Pour que toute une partie de l'Italie voire tout le pays soit concernée il faudrait que le gouvernement français ne se contente pas de déconseiller de s'y rendre actuellement. "Si le gouvernement devait décider de mesures beaucoup plus restrictives, les professionnels du secteur ont quand même une obligation de sécurité", rappelle Raphaël Bartlomé, responsable du service juridique de l'UFC Que Choisir. "Ils ne doivent pas organiser et participer à des séjours de consommateurs dans des zones qui seraient affectées par la pandémie. Il faudrait des mesures drastiques de quasi-interdiction pour qu’il y ait alors des solutions beaucoup plus concrètes et sans frais pour les consommateurs", assure-t-il.

De leur côté, certaines compagnies comme Air France acceptent de rembourser ou de reporter sans frais mais la plupart des compagnies refusent pour les mêmes raisons. D’autant que les billets achetés sont souvent à des tarifs spéciaux. Et souscrire à une assurance annulation ne vous sauvera pas, puisque cette assurance concerne essentiellement la santé du passager lui-même.

Vous êtes à nouveau en ligne