VRAI OU FAKE Covid-19 : les plus grosses "fake news" recensées par l'OMS

Une femme dans un train aérien dans la banlieue de Bangkok en Thaïlande, le 13 février 2020.
Une femme dans un train aérien dans la banlieue de Bangkok en Thaïlande, le 13 février 2020. (MLADEN ANTONOV / AFP)

Alors que l'épidémie arrive en Europe, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) publie une liste des rumeurs les plus répandues. 

Alors que la propagation du nouveau coronavirus (Covid-19) s'accélère à travers le globe, l'OMS a décidé de lancer un plan de lutte contre la désinformation pour tenter de contenir ce qu'elle appelle "l'infodémie". L'Organisation mondiale de la santé vient de publier un article intitulé "En finir avec les idées reçues" qui passe au crible tout un tas de rumeurs.

L'OMS s'attaque d'une part aux rumeurs qui concernent la transmission du virus. Par exemple, peut-il être transmis par les piqûres de moustique ? "Non", répond l'OMS. "Le nouveau coronavirus NE peut PAS être transmis par les piqûres de moustiques". L'OMS explique pourquoi : "Le nouveau coronavirus est un virus respiratoire qui se propage essentiellement par contact avec une personne infectée, par l'intermédiaire des gouttelettes respiratoires émises lorsqu'une personne, par exemple, tousse ou éternue."

Une autre rumeur prétend que le virus peut se projeter jusqu'à huit mètres d'une personne qui éternue. C'est faux. "Les gouttelettes respiratoires se projettent à un mètre maximum d'une personne qui tousse ou éternue", explique l'OMS.

Beaucoup d'internautes se demandaient si un colis en provenance de Chine pouvait transmettre la maladie. "C'est sans danger", rassure l'OMS. "D'après des analyses antérieures, nous savons que les coronavirus ne survivent pas longtemps sur des objets tels que des lettres ou des colis". Même chose pour les billets de banque et les pièces de monnaie : "Le risque d'être infecté par le nouveau coronavirus (Covid-19) en touchant des objets, notamment des pièces de monnaie, des billets de banque ou des cartes de crédit, est très faible", précise l'OMS.

Se laver avec l'urine des enfants, manger de l'ail...

L'Organisation mondiale de la santé consacre aussi tout un volet aux rumeurs, parfois loufoques, qui concernent les techniques pour se prémunir d'une infection. Par exemple, "se laver les mains avec l'urine des enfants" . "Non" répond l'OMS, "l'urine ne tue pas les virus et les bactéries". Certains se demandent aussi si manger de l'ail peut aider à prévenir l'infection. Même chose, c'est "non".

On a aussi vu circuler sur les réseaux sociaux une fausse image qui imite les gros titres des chaînes d'information en continu. Cette image prétend que prendre de la cocaïne peut aider à se protéger de la maladie. Là aussi c'est faux. "L'usage" de la cocaïne "provoque de graves effets indésirables et est nocif pour la santé des personnes", rappelle l'Organisation mondiale de la santé.

Il y a aussi des rumeurs apparemment plus crédibles évoquées par l'OMS, comme celle qui prétend que le froid et la neige peuvent tuer le virus. On peut être tenté d'y croire mais l'OMS l'assure, ils "ne peuvent pas tuer le nouveau coronavirus". Pour la simple et bonne raison que "la température normale du corps humain reste aux alentours de 36,5°C et 37°C, quels que soit la température ou le temps extérieur", explique l'article.

L'OMS travaille avec Google pour lutter contre la désinformation

Pour continuer à lutter contre la désinformation autour du coronavirus, l'OMS travaille de près avec Google, entre autres. L'idée est de faire en sorte que, lorsque l'internaute cherche une information sur le coronavirus via le moteur de recherche, les résultats de l'OMS arrivent en tête.

Facebook a également pris des mesures et s'est engagé à supprimer les contenus considérés comme dangereux qui ont fait l'objet d'un signalement. Même chose pour le réseau social Twitter qui dirige les utilisateurs vers des sources vérifiées via le hashtag #KnowTheFacts.

Vous êtes à nouveau en ligne