Covid-19 : "Je mets mes enfants à l’école alors qu’on me demande de rester chez moi", raconte un Parisien de retour de Thaïlande

Un homme portant un masque pour se protéger du Covid-19 marche devant un panneau représentant la Tour Eiffel à Bangkok, en Thaïland, le 17 février 2020.
Un homme portant un masque pour se protéger du Covid-19 marche devant un panneau représentant la Tour Eiffel à Bangkok, en Thaïland, le 17 février 2020. (MLADEN ANTONOV / AFP)

Le gouvernement recommande aux personnes revenant des zones à risques de rester chez elle en quatorzaine. Certains employeurs le demandent aussi à leurs salariés. C'est ce qui arrive à Mickaël, qui travaille dans l'informatique.

Pendant ses vacances en famille en Thaïlande, Mickaël reçoit un mail envoyé par son entreprise. "J’ai reçu un mail m’indiquant qu’on me demanderait à mon retour de vacances de passer 15 jours en télétravail du fait de ma destination de vacances qui était la Thaïlande", affirme-t-il. Le gouvernement recommande aux personnes revenant des zones à risques de rester chez elle en quatorzaine, alors que 17 cas de personnes atteintes par le coronavirus Covid-19 en France ont été comptabilisés depuis le début de la crise.

>> Covid-19 : le virus touche de plus en plus de pays, suivez la situation en direct

La Thaïlande compte plusieurs cas de coronavirus Covid-19, alors le salarié dans une société d'informatique à Paris ne conteste pas. "Je peux comprendre complètement la démarche de mon employeur, maintenant là où je suis très étonné, c’est qu’au niveau de l’Éducation nationale, on ne nous a rien demandé. Le lundi matin, je mettais mes enfants à l’école alors qu’on me demandait de rester 15 jours chez moi", rétorque-t-il.

Rester enfermé à la maison, ce n’est pas possible. Avec deux enfants en bas âge… Ou alors, dans ces cas-là, on ne les met pas à l’école.Mickaëlà franceinfo

Malgré les recommandations, il ne veut rien changer à ses habitudes. "On nous demande de limiter nos déplacements, de toute façon en télétravail j’ai de quoi m’occuper la journée", affirme le Parisien. "Dans les mails d’information, ils nous demandent d’éviter les lieux à forte affluence, de limiter nos déplacements. Moi de toute façon je vous dis, j’ai une vie de père de famille en semaine dans le quartier. Je ne suis pas à vadrouiller à gauche, à droite. Je bosse la journée, je vais chercher les enfants s’il faut et puis ça s’arrête là", ajoute le père de famille. Sa quatorzaine durera jusqu'au 9 mars.

Témoignage de Mickaël, forcé de rester chez lui, au micro de Farida Nouar
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne