Covid-19 : "J'espère qu'à l'issue du match OL-Juventus, il n'y aura pas dans l'agglomération lyonnaise des cas qui auraient pu être évités"

Le stade de Lyon, en décembre 2015 (illustration).
Le stade de Lyon, en décembre 2015 (illustration). (JEFF PACHOUD / AFP)

Aucune mesure particulière liée au coronavirus n'a été prise en amont du match de Ligue des champions entre Lyon et la Juventus Turin mercredi soir. Plus de 3 000 supporters italiens sont attendus dans la capitale des Gaules.

Le match de Ligue des champions organisé mercredi 26 février à Lyon entre l'Olympique lyonnais (OL) et la Juventus Turin est maintenu en France, malgré les inquiétudes des maires des communes de Meyzieu et Décines-Charpieu (Rhône), situées à proximité du stade, face à l'épidémie de coronavirus Covid-19. Christophe Quiniou, le maire de Meyzieu, a interpellé le Premier ministre, Edouard Philippe, pour lui demander d'interdire la venue des supporters italiens, mais il assure sur franceinfo n'avoir "eu aucune réponse, juste des consignes de faire comme si de rien n'était, que tout allait bien et qu'il n'y avait aucun risque".

>> Covid-19 : le virus touche de plus en plus de pays, suivez la situation en direct

Christophe Quiniou dénonce un "décalage", avec, d'un côté, "les mesures qui peuvent être prises sur d’autres cas, comme par exemple des personnes qui reviennent de Chine et que l’on met en quarantaine sur le bord de mer" et la situation de Meyzieu. Il pointe du doigt une "mise en danger" : "On expose les populations locales et les supporters italiens qui vont passer plusieurs heures dans des bus, confinés", précise-t-il. "Au niveau des matches de football, on ne veut pas heurter les sensibilités et le volet médiatique très fort autour de ces matches de Ligue des Champions", soutient le maire.

Vraisemblablement, la consigne était, au plus haut niveau de l’État, de ne pas faire peur aux personnes et de laisser le match se dérouler dans des conditions normales.Christophe Quiniou, maire de Meyzieuà franceinfo

Si la ville de Turin n'est pas située dans une des régions italiennes concernées par des cas de contaminations du coronavirus Covid-19, Christophe Quiniou reste inquiet : "On s’est aperçu hier qu’il y avait de jour en jour de nouvelles régions qui sont touchées, la Sicile n’y était pas il y a deux jours et y est aujourd’hui", explique-t-il.

"Nous n’avons pas l’assurance qu’au niveau de Turin, il n’y ait pas de personne qui soit touchée par ce virus", ajoute-t-il. L'édile de Meyzieu appelle ainsi à l'application d'un "principe de précaution". "J’espère qu’à l’issue de ce match, on ne verra pas apparaître dans l’agglomération lyonnaise des cas qui auraient pu être évités si on avait essayé de prendre des mesures", affirme Christophe Quiniou.

Au niveau local, le maire de Meyzieu a pris des mesures d'information, notamment sur "des panneaux d'affichage en ville" : "On informe les populations de limiter le plus possible le contact les supporters italiens, mais on ne peut malheureusement pas faire plus que cela à part [parler] dans les médias."

Vous êtes à nouveau en ligne