Covid-19 : face à la deuxième vague, le burn-out des personnels soignants

Près de 6 infirmiers sur 10 se disent proches du burn out, épuisés par neuf mois de crise. Alors que la deuxième vague déferle sur la France, le personnel soignant tire la sonnette d’alarme.

Camille est infirmière aux urgences du centre hospitalier de Valenciennes. Depuis le début de la crise sanitaire, la jeune femme ne compte plus ses heures. Très fatiguée physiquement par la première vague, elle se dit aujourd’hui très vulnérable. "On n’a peur de tomber malade (…). Les soignants ne vont pas bien et pour pouvoir prendre soin correctement des patients, il faut être bien soi-même."  

De nombreux soignants en souffrance

Cet épuisement professionnel, de nombreux soignants le ressentent. Burn out, taux d’absentéisme plus élevé... Dans plusieurs hôpitaux, le personnel soignant est en effectif réduit. Infirmiers et médecins réclament des renforts d’urgence. "On a toujours ce sentiment de pouvoir faire plus, mais de ne plus avoir l’état physique et psychique pour le faire. Il faut faire quelque chose, il y a de moins en moins de personnes qui veulent faire ce métier", s'alarme Thibaut, aide-soignant brancardier au CHU de Lille. 

Les soignants se montrent donc de plus en plus éreintés et gagnés par la lassitude. Selon une enquête menée par l'Ordre national des infirmiers, plus de 40% d'entre eux envisagent de raccrocher la blouse.

Vous êtes à nouveau en ligne