Couvre-feu : les villes épargnées accueillent des touristes

France 2

En pleines vacances de la Toussaint, beaucoup de Parisiens prennent l'air à La Baule. En Loire-Atlantique, qui n'est pas en zone d'alerte maximale, il n'y a pas de couvre-feu.

À La Baule (Loire-Atlantique), les vacanciers sont bien arrivés, masqués. Ils sont nombreux sur le bord de la plage : "On profite de pouvoir partir pour s'extirper un peu de la zone rouge, de Paris", explique une touriste. Dans le village vacances Village Club du Soleil La Baule, 80 % de la clientèle est parisienne. Le tableau de réservation affiche complet, notamment grâce aux réservations de dernière minute. Tout est mis en place dès l'entrée pour éviter les risques : "Du gel hydroalcoolique pour tout le monde, à tous les endroits de l'établissement, des consignes partout et un sens de circulation", explique Jean-Jacques Gebhard, le directeur de l'établissement.

Le personnel s'adapte

La thalasso est une activité privilégiée. Le personnel a dû s'adapter. "On passe plus de temps pour tout ce qui est désinfection, pour les praticiennes. Elles vont vraiment désinfecter tous les endroits : le lit après les soins, les poignées de portes, tous les endroits susceptibles d'être touchés", explique Justine Berbier, responsable spa-manager chez Le Rivage.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne