Coronavirus : sous confinement, les violences conjugales en hausse

France 2

Comment tenir lorsque l'on est victime de violences chez soi, alors que le confinement aggrave les situations ? Une question dont les réponses se font attendre, avec une augmentation en moyenne en France de 30 % des signalements depuis le début de la crise sanitaire du Covid-19.

Dans les cas de violences conjugales, dont les signalements sont en hausse de 30% depuis le début de la période de confinement, le rôle des voisins est fondamental. Pourtant, peu donnent l'alerte. Un courage qu'a eu Ifaf Abukins, habitante de Montauban (Tarn-et-Garonne), quand elle a entendu sa voisine crier au secours. "Je suis sortie de chez moi, je l'ai vue accroupie. Elle m'a demandé de l'aider, j'ai décidé que je devais la prendre avec moi", a-t-elle expliqué.

"Moi, je n'ai pas eu le courage de crier"

Âgée de 33 ans, Ifaf Abukins a également été victime de violences de la part de son compagnon. Malheureusement, personne ne lui a porté secours. "Moi, je n'ai pas eu ce courage-là de crier. Donc je me dis que si une personne crie, c'est qu'elle demande de l'aide et qu'il faut intervenir. Laisser une personne comme ça, sans rien faire, c'est juste abominable."

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne