VRAI OU FAKE Coronavirus : quels sont les comptes Twitter "super propagateurs" de fausses informations en France ?

Le logo du réseau social Twitter affiché sur un smartphone à Berlin, le 23 avril 2019.
Le logo du réseau social Twitter affiché sur un smartphone à Berlin, le 23 avril 2019. (MONIKA SKOLIMOWSKA / DPA-ZENTRALBILD / AFP)

Les informations erronées relatives à la pandémie de Covid-19 se multiplient sur Twitter. Pour s'en prémunir, l'organisation NewsGuard a listé les comptes francophones aux audiences les plus élevées qui ont véhiculé des "fake news" au cours de la crise sanitaire.

Les fausses nouvelles tuent. C'est ce que révèle une longue enquête de la BBC (en anglais) sur le "coût humain de la désinformation" autour du coronavirus. Des malades dans un état critique après n'avoir pris délibérément aucune précaution face au virus, des personnes empoisonnées par des produits d'entretien, des agressions sur fond de tensions intercommunautaires… Les "fake news" ont amplifié les conséquences de la pandémie.

Pour faire rempart à ces fausses informations, les réseaux sociaux disposent d'outils de vérification des faits en collaboration avec des médias internationaux (en anglais). C'est le cas de Twitter, qui vient d'ailleurs de faire les gros titres après avoir épinglé une publication du président américain Donald Trump, et ce pour la première fois.

"Mais il y a des trous dans la raquette", observe Chine Labbé, rédactrice en chef Europe de NewsGuard. Cette organisation a développé une extension de navigateur internet qui permet d’analyser la fiabilité des sources d’information. 4 000 sites ont ainsi reçu une note. "On est dans l’information en amont", résume Chine Labbé. NewsGuard espère ainsi protéger tout utilisateur des diffuseurs de fausses nouvelles en l’alertant sur l’origine douteuse d’un article avant même sa consultation. Une démarche "complémentaire à la vérification des faits", appelée pre-bunkingdans le jargon.

Avec la crise du coronavirus, l'équipe de NewsGuard a constaté "une flambée des théories du complot et des fausses informations entre janvier et avril". Résultat : près de 122% d'engagement en plus sur les réseaux sociaux pour 3 grands pourvoyeurs d'infox américains, c'est-à-dire 122% d'augmentation pour les "j'aime", les commentaires et les partages. Sur la base d'un rapport édité par NewsGuard, la cellule #VraiOuFake de franceinfo a listé les comptes Twitter qui bénéficient d'une large audience francophone et qui ont diffusé de fausses informations sur le coronavirus à une plus grande échelle. Une liste non-exhaustive, mais qui permet d'identifier les plus gros pourvoyeurs d'infox durant cette pandémie. A toutes fins utiles, vous pouvez trouver sur cette page nos conseils pour vous protéger contre les fausses nouvelles.

Alain Soral Officiel (61 400 abonnés)

Condamné en octobre 2019 pour injure publique antisémite et provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence envers les personnes juives, l'essayiste d'extrême droite Alain Soral publie régulièrement "fake news" et théories conspirationnistes sur sa plateforme Egalité et réconciliation. Une diffusion à grande échelle, l'idéologue disposant sur son compte Twitter de plus de 61 400 abonnés à qui il partage de longues prises de parole en vidéo.

Le 5 mai, Alain Soral propage par exemple des infox sur l'ancien patron de Microsoft Bill Gates et les recherches de vaccins contre le "couillonavirus""Cette pandémie mondiale de Covid-19 a un intérêt déjà immédiat, déclare Alain Soral dans cette vidéo, c'est d'être le spot publicitaire de la vaccination mondiale que nous propose Monsieur Bill Gates." 

"Alors cette vaccination, poursuit l'essayiste, ce n'est pas nous vacciner contre des maladies, c'est mettre dans chaque individu de la planète Terre quelque chose [pour] vous marquer [et] qu'on puisse, grâce à l'électronique généralisée, savoir en permanence où vous êtes, dans quel état vous êtes à tous les niveaux (médical, social)." Des affirmations qui se révèlent n'être ni plus ni moins que des "fake news", comme nous l'avions détaillé dans cet article.

Tom La Ruffa (43 500 abonnés)

Catcheur professionnel originaire de Nice, Tom La Ruffa, alias Sylvester Lefort sur le ring, est suivi par 43 500 personnes sur Twitter. Il repartage notamment des tweets de David Icke, théoricien du complot épinglé par Google pour avoir notamment lié les symptômes du coronavirus au déploiement de la 5G, comme le décrit la BBC (en anglais). Des thèses conspirationnistes qui se révèlent fausses.

Comme l'indique NewsGuard, Tom La Ruffa a également partagé, le 6 mai, un extrait du film Plandemic. Vue plus de 8 millions de fois, cette vidéo met en scène Judy Mikovits, une scientifique américaine tombée en disgrâce. Elle y égrène infox et théories du complot, affirmant que la pandémie n'est rien de moins que le résultat d'une planification.

Pierre Jovanovic (39 300 abonnés)

Ecrivain et éditorialiste, Pierre Jovanovic commente l'actualité politique française et internationale. Il compte 39 300 abonnés sur Twitter. Après avoir, lui aussi, interrogé le rôle du milliardaire Bill Gates dans l'apparition de la pandémie et ses intérêts pour une vaccination à grande échelle, Pierre Jovanovic a surtout constitué une "revue de presse" sur le Covid-19, illustrée par un montage photo aussi dense que le nombre de théories du complot qu'elle expose.

Selon un encart de Pierre Jovanovic derrière ce lien, cette revue de presse témoignerait de "l'incroyable implication du Mossad en collaboration avec Epstein, Bill Gates et ses milliards, l'OMS, l'institut Rockfeller, l'Union européenne, Bain & Company et la raison pour laquelle les médias se sont violemment attaqués au professeur Didier Raoult." 

Il affirme même que "la France a tout fait pour que le coronavirus se répande le plus vite possible dans la population". Des déclarations conspirationnistes qui entrent en résonance avec d'autres fausses nouvelles analysées par notre cellule #VraiOuFake au mois d'avril.

Egalité et réconciliation (33 200 abonnés)

Avec plus de 33 200 abonnés sur Twitter, la plateforme Egalité et réconciliation, co-fondée par Alain Soral, se présente comme une "association trans-courants gauche du travail et droite des valeurs, contre la gauche bobo-libertaire et la droite libérale". Pourvoyeuse de théories complotistes, comme celle du contrôle de la population par Bill Gates, cette association politique d'extrême droite a notamment vanté les prétendus mérites de la vitamine C pour prévenir "les virus dont le coronavirus".

Toutefois, la vitamine C, pas plus que le foie de boeuf ou le jus de cerise, ne protège du coronavirus. Comme l'a expliqué à franceinfo Guy Gorochov, immunologue à la Pitié-Salpêtrière, à Paris, "il n'y a aucune mesure médicamenteuse ou de comportement alimentaire qui puisse changer quoi que ce soit dans votre système immunitaire". Le lavage des mains reste la meilleure défense. De plus, Egalité et réconciliation a adjoint à ce texte pro-vitamine C une publicité pour la même vitamine provenant du site Au bon sens.

Or ce commerce de produits bio est géré par une société d'Alain Soral qui a donné à la marque ses initiales (pour Alain Bonnet de Soral), selon le site StreetPress"Il y a un intérêt économique évident pour beaucoup de sites qui véhiculent des théories du complot et des fausses nouvelles, analyse Chine Labbé de NewsGuard. Certains font des articles sensationnalistes sur la crise du Covid-19 pour attirer des lecteurs, de la publicité, et gagner de l'argent. D'autres vendent de soi-disant remèdes miracles tels que de la vitamine C ou de l'argent colloïdal."

L'info libre (29 300 abonnés)

S'affichant comme le "média des résistances à la mondialisation malheureuse", L'info libre ne compte pas moins de 29 300 abonnés sur son compte Twitter. Comme le souligne NewsGuard, L'info libre a relayé une publication affirmant à tort que selon le prix Nobel de médecine 2018, Tasuku Honjo, le coronavirus n'était pas d'origine naturelle. Des propos démentis par le scientifique japonais, rapporte AFP Factuel.

Le Libre Penseur (23 900 abonnés)

Salim Laïbi, alias @LeLibrePenseur sur Twitter, se présente à ses 23 900 abonnés comme un "chirurgien-dentiste, lanceur d'alerte, éditeur et écrivain". Il est "un adepte des théories du complot", expose en 2018 Le Point, selon qui le site de Salim Laïbi compte alors "plus d'un million de visites par mois". "Il concentre surtout ses attaques contre les homosexuels, les juifs, les francs-maçons", égrène encore l'hebdomadaire avant d'ajouter que @LeLibrePenseur "pousse ses partisans à la sédition en les incitant à la violence armée 'avec des kalachnikovs' contre les institutions républicaines".

En avril 2020, Salim Laïbi a notamment publié un lien vers son site pour mettre en avant un article de blog américain affirmant que des laboratoires ont créé le coronavirus, ce qui ne reste aujourd'hui qu'une rumeur sans preuves formelles. @LeLibrePenseur a également repartagé une publication accusant la presse française d'être "subventionnée par la fondation [de Bill] Gates" pour taire son implication dans la crise du coronavirus.

Médecin identitaire (23 500 abonnés)

Sa biographie Twitter indique qu'il est "médecin généraliste", qu'il soutient Eric Zemmour et qu'il croit "que chaque peuple a le droit à son identité", accusant de racisme ceux qui veulent la "diluer". Médecin identitaire compte 23 500 abonnés auxquels il repartage notamment des contenus issus de la fachosphère.

Au sujet du coronavirus, NewsGuard signale le partage d'un article du site d'extrême droite Riposte laïque. Ce texte s'appuie sur des propos controversés du professeur Luc Montagnier, prix Nobel de médecine en 2008, déjà épinglé par l'Académie de médecine pour ses propos antivaccins. Riposte laïque affirme que le coronavirus serait "originaire d'un labo de Wuhan et le résultat d'une manipulation génétique", notamment "aux États-Unis dans un laboratoire militaire". De telles affirmations n'en restent pas moins de fausses nouvelles, comme l'a indiqué Le Monde. Enfin, la thèse de Luc Montagnier, selon laquelle le Sars-CoV-2 aurait été fabriqué à partir du virus du sida, a été réfutée par des virologues : les similarités soi-disant douteuses qu'il avait découvertes sont en fait communes à d'autres virus.

"En temps de crise, il y a toujours un mélange d'inquiétude et d'incertitudes, affirme Chine Labbé de NewsGuard. C'est un cocktail idéal pour les pourvoyeurs d'infox, d'autant que les thèmes scientifiques sont compliqués à appréhender et que les scientifiques ne sont pas d'accord entre eux, comme autour de l'usage de l'hydroxychloroquine. Le discours est brumeux." "Dans les premiers mois [de la pandémie], poursuit la journaliste de NewsGuard, on a observé que la communauté scientifique recourait beaucoup à la prépublication de ses résultats. Mais des sites de médias obscurs et même de grands médias se sont emparés de ces prépublications qui n'avaient donc pas encore été relues par des comités de lecture.Un constat fait notamment autour d'expériences sur les chauves-souris à Wuhan, prétendument responsables de la pandémie selon une prépublication.

Vous êtes à nouveau en ligne