Coronavirus : pourquoi "Animal Crossing" est le jeu vidéo parfait pour lutter contre l'anxiété liée au confinement

\"Animal Crossing : New Horizons\" est le cinquième jeu de la franchise.
"Animal Crossing : New Horizons" est le cinquième jeu de la franchise. (NINTENDO)

Disponible depuis le 20 mars sur console Nintendo Switch, "Animal Crossing : New Horizons" coche toutes les cases du jeu qui détend. Une bouffée d'air pur, en pleine période de pandémie de Covid-19.

"Bienvenue sur votre propre île déserte..." Au moment où plus d'un milliard de personnes sur la planète sont appelées à se confiner en raison de l'épidémie de coronavirus, ce slogan publicitaire a une résonance particulière. C'est celui choisi par Nintendo pour faire la promotion de son dernier jeu vidéo, Animal Crossing : New Horizons. Disponible depuis le 20 mars sur sa console Switch, ACNH, comme l'appellent les fans, est le 5e jeu de la franchise Animal Crossing.

>> Coronavirus : suivez l'évolution de l'épidémie de Covid-19 dans notre direct

Un titre phare dans la catalogue de l'éditeur de Mario et Zelda, puisque le dernier opus sorti sur console 3DS en 2013, Animal Crossing : New Leaf, s'est écoulé à près de 12 millions d'exemplaires dans le monde. Et surtout un titre singulier, puisqu'il ne comporte ni fin, ni réels objectifs, et est conçu pour être joué pendant des années, tandis que la plupart des jeux contemporains ont une durée de vie de quelques dizaines d'heures. De quoi en faire le jeu indispensable au temps du coronavirus et du confinement qu'il entraîne ?

Parce qu'il ne met aucune pression

Depuis l'annonce de la sortie, en septembre 2018, d'un jeu Animal Crossing sur Switch, les fans de la licence trépignent d'impatience. Mais pourquoi tant d'enthousiasme pour un jeu que l'on peine à décrire ? "C'est un jeu assez singulier donc complexe à expliquer, résume le youtubeur de jeux vidéo, Julien Dachaud, alias Newtiteuf, à franceinfo. Comme les Sims, c'est un jeu de gestion de vie, mais beaucoup plus mignon, relaxant et accessible. On s'occupe d'un village, ou d'une île dans New Horizons, que l'on peut personnaliser et dans lequel on est libre d'évoluer".

Le but ? Eh bien, il n'y en a pas vraiment. Au lancement, un personnage représenté sous les traits d'un tanuki nommé Tom Nook vous prête de l'argent pour vous permettre de vous installer et vous demande de le rembourser par la suite. Mais dans Animal Crossing, cela n'a rien d'anxiogène. "Il n'y a ni échéance, ni intérêts, précise Sendaisies, fondatrice du site internet qui regroupe la plus grande communauté francophone de joueurs d'Animal Crossing. Il vous le dit une fois et sera juste heureux lorsque vous lui apporterez de l'argent". Et après, que faire ? 

Dans \"Animal Crossing : New Horizons\", chaque joueur a la possibilité d\'aménager son île comme il le souhaite.
Dans "Animal Crossing : New Horizons", chaque joueur a la possibilité d'aménager son île comme il le souhaite. (NINTENDO)

Dans ACNH, vous débarquez sur une île avec deux autres personnages, pour vous y installer. On vous offre alors la possibilité d'aménager et de décorer votre tente, puis rapidement votre maison, et de modeler cette île en y plantant des arbres ou en construisant des chemins. Mais aussi d'interagir avec les différents personnages, qu'ils soient des PNJ (personnages non joueurs intégrés dans le jeu, comme le fameux Tom Nook) ou vos amis qui auront la possibilité de vous rendre visite (à condition d'être abonné aux services en ligne de Nintendo) et de collecter ce que cet univers vous propose, en pêchant des poissons, en attrapant des insectes ou en déterrant des fossiles que vous pourrez ensuite exposer dans un musée. Le tout cadencé par le même rythme nycthéméral et les mêmes changements de saisons que dans la vraie vie.

Parce qu'il valorise les émotions positives

Avec ses couleurs pastel et ses jolies petites musiques, Animal Crossing s'est vite imposé comme un jeu relaxant. "J'aime jouer le soir pour me détendre après une journée de cours ou de travail, raconte Sendaisies, qui joue à Animal Crossing depuis qu'elle a 6 ans. J'ai appris à lire avec, grâce à mes parents qui me lisaient les dialogues. J'ai pris l'habitude ensuite de jouer presque tous les jours. C'est très réconfortant quand on ne se sent pas bien".

Un sentiment partagé par tous les amateurs de la licence, qui louent son aspect positif. "Tout le monde t'aime dans Animal Crossing, commente Lapindicite, qui joue au jeu depuis le premier opus sorti sur Gamecube en 2004. Même si tu peux embêter tes voisins, ils ne vont jamais t'en tenir rigueur". Comme pour le prêt contracté pour s'installer qui n'est finalement qu'un prétexte, la vie s'écoule au quotidien sans jamais sanctionner le joueur, ni donc susciter de sentiment d'échec. "C'est ce que nous appelons la théorie de l'autodétermination, précise à franceinfo le psychologue Yann Leroux, spécialiste des game studies. Toutes les situations dans lesquelles vous êtes libres d'agir sont très valorisantes et génèrent des émotions positives chez le joueur".

Dans \"Animal Crossing\", les saisons se succèdent exactement comme dans la vraie vie.
Dans "Animal Crossing", les saisons se succèdent exactement comme dans la vraie vie. (NINTENDO)

D'autant que comme le jeu est conçu pour vous donner envie de vous connecter chaque jour, que ce soit pour découvrir de nouveaux objets à collectionner ou vivre des événements spécifiques liés au calendrier, il crée aussi une routine apaisante. "Toute routine donne un cadre, et on a tous besoin d'avoir un cadre", ajoute Yann Leroux.

On sait ce qu'il va se passer, et ce n'est jamais quelque chose de grave.Sendaisies, joueuseà franceinfo

Parce qu'il favorise les interactions sociales

Mais l'intérêt principal du jeu réside certainement dans l'interaction sociale qu'il pousse à établir. "J'aime particulièrement les dialogues très travaillés avec les habitants de notre île, explique Lapindicite. C'est eux qui font le charme d'Animal Crossing, car plus vous discutez avec eux, plus vous apprenez de choses". D'autant que le jeu offre également la possibilité d'échanger avec d'autres joueurs, et ainsi de se créer une nouvelle communauté d'amis réunis par la passion du jeu.

J'ai rencontré des joueurs via des forums, avec lesquels j'ai échangé dans 'Animal Crossing' pendant un an sans jamais les voir en vrai. C'est un jeu qui permet de créer du lien.Lapindiciteà franceinfo

En favorisant les interactions sociales réelles ou virtuelles, le jeu offre une bouffée d'air aux gens qui souffrent de la solitude. Et si le jeu plaît aux plus jeunes, il séduit aussi les personnes âgées. Comme Audrey, une joueuse de 87 ans qui a passé quatre années et plus de 3 500 heures à jouer à ACNL, rapporte le site Fredzone.

Pas très étonnant, quand on sait comment il a été conçu. Co-créé par les Japonais Katsuya Eguchi et Hisashi Nogami, il est le fruit de l'expérience personnelle de chacun des deux hommes, rappelle Le Monde. D'une part, Eguchi, qui a souffert de solitude lorsque, plus jeune, il a dû quitter sa famille et ses amis, tous basés à Tokyo, pour aller travailler chez Nintendo à Kyoto, à 450 km de là. D'autre part, un sentiment d'isolement lié à leur travail respectif, qui les prive de leur entourage et ne leur laisse plus assez de temps pour jouer à des jeux avec leurs enfants. Après diverses tentatives, ils imaginent alors un jeu auquel "on joue petit bout par petit bout, sans aucune punition, pour que les joueurs maintiennent le lien social avec leur famille et leurs amis", qui peuvent reprendre la partie exactement là où on l'a laissée et ainsi constater nos efforts.

Parce qu'il crée une bulle réconfortante

Et ça marche. Tellement bien que certaines personnes parlent même aujourd'hui d'Animal Crossing comme d'une bulle réconfortante lorsqu'on est psychologiquement fragilisé, ou parfois même au bord du burn-out. "Lorsque j'étais en prépa, le jeu m'a sauvée de la dépression, raconte Lapindicite. J'y jouais 30 minutes chaque matin et cela m'aidait à me lever. Le soir, c'était ma récompense après avoir passé une journée à ne rien faire d'autre que bosser. C'étaient mes seuls moments de joie".

Dans 'Animal Crossing', vous pouvez satisfaire les trois besoins essentiels qu'il est parfois difficile de satisfaire dans notre vie. Votre besoin d'autonomie, votre besoin de relations sociales et votre besoin de rêver.Yann Leroux, psychologueà franceinfo

Sur internet aussi, les témoignages de joueurs qu'Animal Crossing a aidés sont légion. Dans cette vidéo publiée sur le compte YouTube Boldly Wired, un joueur raconte s'être mis à jouer à Animal Crossing alors qu'il traversait une dépression. Il constatait que les jeux vidéo plus classiques, comme Fire Emblem: Awakening, ne lui permettaient pas de se sentir mieux, quelle que soit l'issue de ses combats face aux ennemis. "Finalement, jouer à Animal Crossing m'a aidé à redevenir la personne que j'étais avant la dépression", conclut-il, précisant toutefois que le jeu ne peut se substituer à un travail thérapeutique ou à un traitement médicamenteux.

Parce qu'il permet de redevenir un enfant

Et si le jeu procure autant de joie à ses utilisateurs adultes, alors qu'on pourrait le penser réservé aux enfants et aux adolescents, c'est aussi parce qu'il leur permet, en misant sur son côté régressif, de redevenir des enfants. "Tu t'inventes tes propres histoires, explique ainsi la youtubeuse Acekid dans une vidéo consacrée aux jeux qui font du bien. C'est comme jouer à la poupée, c'est du théâtre avec toi-même". Et pour le psychologue Yann Leroux, c'est fondamental.

Un des grands moteurs du bien-être, c'est d'être capable de jouer. C'est le signe d'une bonne santé psychique.Yann Lerouxà franceinfo

Faut-il pour autant en déduire que tout le monde devrait jouer à Animal Crossing ? Pas forcément. "Avec tout l'engouement autour de la sortie du nouveau jeu, j'ai peur que certaines personnes soient déçues", s'inquiète Lapindicite. Car il nécessite beaucoup d'investissement. Il faut y passer du temps et on ne peut pas l'apprécier en n'y jouant que 15 heures, c'est impossible", poursuit la jeune femme. Un avis unanimement partagé. "Je comprends que des gens n'accrochent pas, car ce n'est pas un jeu qui te challenge énormément. Il n'y a pas de pression", ajoute Julien Dachaud. Pour beaucoup, jouer à Animal Crossing pourrait ainsi être vécu uniquement comme une perte de temps à passer des heures à planter virtuellement des fleurs et à parler à des animaux. "C'est un bon moyen de vivre son confinement si le jeu vidéo est votre truc, tempère Yann Leroux. Mais ce qui est important, c'est de pouvoir jouer, que ce soit à Animal Crossing ou au Monopoly"

La sélection de franceinfo sur le coronavirus

• Pratique. Voici la nouvelle version de l'attestation de déplacement dérogatoire à remplir pour sortir pendant le confinement

• Eclairage. Comment le ministère de la Santé comptabilise-t-il les morts liées à l'épidémie ?

• Infographies. Cas confirmés, mortalité, localisation... L'évolution de l'épidémie en France et en Europe

• Témoignages. "Voir quelqu'un suffoquer, c'est très dur à vivre" : les personnels des Ehpad au bord de l'épuisement

• Vidéo. Les quatre gestes simples à adopter pour se protéger et éviter la propagation

Vous êtes à nouveau en ligne